Le ras-le-bol des oubliés du Ségur de la santé

Publié le Mis à jour le

Les personnels du secteur médico-social de l'hôpital du Bon Sauveur (Manche) tirent la sonnette d'alarme. Surcharge de travail, manque de personnel, ils sont également les grands oubliés du Ségur de la Santé. La direction de l'établissement, solidaire, a décidé de les aider financièrement.

L'hôpital du Bon Sauveur, dans la Manche, est un établissement privé à but non lucratif, participant au service public hospitalier. Il accueille des enfants et adultes lourdement handicapés à Picauville dans le Nord-Cotentin.

Petit retour en arrière. En Septembre 2020, l'Etat décide de revaloriser de 183 euros net les salaires de tous les professionnels des établissements sanitaires et des EHPAD (publics et privés non lucratif). Les salariés des autres établissements sociaux et médico-sociaux, dans les secteurs du handicap, du domicile et du social, sont oubliés. A l'échelle de la Fondation Bon Sauveur de la Manche, qui gère 22 établissements dans le département, cela représente 470 personnes.

Nos salariés prennent en charge des personnes très fragiles et personne ne peut dévaloriser leur travail de cette manière. Cette injustice doit cesser le plus tôt possible.

Xavier Bertrand

Directeur Général de la Fondation Bon Sauveur de la Manche.

Depuis novembre 2021, certaines catégories de professionnels peuvent prétendre à cette revalorisation. Cela représente la moitié des travailleurs de la Maison d'Accueil Spécialisée de Picauville. Cinquante personnes, pour qui, la fondation a avancé une partie des fonds pour verser les mois de novembre et décembre. "C'est une aide sur deux mois mais ça ne résout pas le problème", martèle le Directeur de la Fondation. Xavier Bertrand rappelle, que sur le Centre Hospitalier du Bon Sauveur, il manque 1,4 million d'euros pour boucler l'année 2021.

Pour tous les autres professionnels, qui exercent au sein de la Fondation, toujours rien. Il s'agit des agents de soins, agents logistiques, éducateurs, personnels administratifs et psychologues. Des personnels à bout de souffle qui ne comprennent pas ce qu'ils considèrent comme une injustice.

On doit tout faire en ce moment. S'occuper des résidents, des soins et du ménage. On manque de personnel et comme on n'est pas assez payé, cela risque d'être encore plus difficile à l'avenir. Il n'y a pas de justice, on fait tous la même chose dans le sanitaire ou le médico-social. 183 euros, ce n'est pas négligeable dans la mesure où l'on travaille le week-end, les jours fériés. Cela nous aiderait à tenir le coup dans cette période difficile.

Marion Quéré

Aide Médico-Psychologique

Pour la Fondation Bon Sauveur de la Manche, ces personnels exclus du Ségur de la Santé représentent 220 personnes, dont 50 pour la Maison d'Accueil Spécialisée. Par soucis d'équité, la direction de l'établissement a décidé de leur verser une prime exceptionnelle de 366 euros (soit l'équivalent de ce qu'on touché leurs collègues éligibles pour les mois de novembre et décembre).

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité