Rade de Cherbourg : un fusilier marin de 23 ans, retrouvé en mer, est mort

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ayed Olfa

Deux militaires d'une vingtaine d'années qui effectuaient, samedi 27 mars au soir, une patrouille de surveillance dans la petite rade de Cherbourg, sont tombés à l'eau. Retrouvés par les secours, l'un des deux fusiliers marins n'a pas pu être réanimé.

Samedi 27 mars au soir, le centre des opérations maritimes (COM) de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord est informé par la vigie du Homer, située à Cherbourg-en-Cotentin, que deux jeunes fusiliers marins, en pleine patrouille de surveillance des approches maritimes et de la base navale, à bord d'un semi-rigide, se trouvent à l'eau dans la petite rade de Cherbourg.

D'importants moyens de recherche mobilisés

Immédiatement, des moyens importants de sauvetage et de recherche sont déployés pour leur porter secours. Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Jobourg est informé et diffuse un message de détresse "Mayday relay".

Sont mobilisés : un hélicoptère Caïman Marine, une embarcation semi-rigide de sauvetage du remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage (RIAS) "Abeille Liberté" affrété par la Marine nationale, la pilotine du port de Cherbourg, une patrouille terrestre de la capitainerie du port de Cherbourg et la société nationale de sauvetage en mer (SNSM) d'Urville-Nacqueville et de Fermanville.

Avec la base navale de Cherbourg, le centre des opérations maritimes engage le peloton de sûreté maritime et portuaire (PSMP) de la gendarmerie de Cherbourg, la vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) Heaume de la gendarmerie maritime, deux semi-rigides de la compagnie de fusiliers marins Le Goffic, les plongeurs et la brigade de surveillance du littorale de la gendarmerie maritime, un semi-rigide de la compagnie des marins-pompiers de Cherbourg et des plongeurs démineurs de la Manche.

Une enquête a été ouverte

Un premier militaire est rapidement retrouvé par un semi-rigide. Pris en charge à quai par les marins-pompiers, il est transporté à l’hôpital Pasteur de Cherbourg. Dans la soirée, le second fusilier marin est retrouvé inanimé par les plongeurs de la Manche et pris en charge par les marins-pompiers ainsi que le SMUR de Cherbourg. Mais les secours n’ont pas pu le réanimer.

Une enquête est ouverte et confiée à la gendarmerie maritime pour déterminer les circonstances exactes de ce drame et notamment ce qui a provoqué la mise à l'eau de ces jeunes fusiliers marins, tous deux nés en 1998, qui naviguaient en eau calme.