La sécurité civile de la Manche participe aux transferts de patients d'Ile-de-France vers la Normandie.

Depuis mercredi, 52 patients venus d'Ile-de-France ont été accueillis dans les établissements hospitaliers de Normandie. Ils sont transportés soit par voie terrestre soit par hélicoptère. Les équipes de la sécurité civile, basées près de Granville, dans la Manche, participent aux opérations.
Les équipes du Dragon 50 lors d'un transfert de patients Covid 19 vers les hôpitaux de l'ouest.
Les équipes du Dragon 50 lors d'un transfert de patients Covid 19 vers les hôpitaux de l'ouest. © DR
Cette crise sanitaire met en exergue la solidarité, qui fonctionne à plein régime depuis le début de la semaine. Une formidable chaîne humaine s'est en effet créée pour sauver des vies et ne pas avoir "à trier" les patients gravement touchés par le Covid-19.

Une sacrée logistique a lieu en ce moment entre les SAMU de Normandie, d’Ile-de-France, les équipes médicales,  le service de santé des armées, les ARS, les préfectures et ... la Sécurité Civile.
 

En effet, le Dragon 50, vous savez, ce fameux hélicoptère jaune et rouge que nous apercevons habituellement près de nos côtes, est également sollicité. En trois jours, les équipes ont réalisé trois rotations vers les hôpitaux de Laval, Rouen et Cherbourg.

A chaque décollage, l'hélicoptère part avec un pilote, son mécanicien, un médecin urgentiste et un.e infirmièr.e. Franck Magnier, le chef inter-base pour le quart Nord-Ouest, raconte : "Nous avons un équipement spécifique. L'hélicoptère est désinfecté après chaque transfert".
 
Tout l'équipage de l'hélicoptère dragon 50 doit porter une tenue spécifique lors de ces missions
Tout l'équipage de l'hélicoptère dragon 50 doit porter une tenue spécifique lors de ces missions © DR


L'équipe peut transporter un patient à la fois, mais "nous avons la capacité de faire trois à quatre rotations. Tout dépend de la régulation parisienne, qui va nous engager. On s'adapte en fonction de leurs besoins. Là nous sommes en lien avec le Samu 94".

Une fois parti, le dragon 50 se rend soit dans un hôpital, avec un héliport, soit à Orly pour récupérer les patients. "C'est une fois sur place que l'on sait où on doit faire le transfert, pas avant", précise-t-il.

En Normandie, 52 patients au total ont été répartis entre les CHU de Caen et de Rouen, les centres hospitaliers de Bayeux, Cherbourg, Flers, Le Havre, Dieppe, Elbeuf, la clinique Saint-Martin (Caen) et la polyclinique du Parc (Caen).

Ce week-end devrait être plus calme pour l'équipe de la Sécurité Civile, puisqu'"aucun transfert n'est programmé ce dimanche", indique l'ARS, ce samedi soir.

Reportage Florent Turpin et Stéphanie Lemaire
Intervenants : Franck Magnier, chef interbase et Baptiste Boudier, médecin urgentiste
 
durée de la vidéo: 01 min 31
Rencontre avec l'équipe de Dragon 50 ©FTV Normandie


 
durée de la vidéo: 01 min 25
Transfert Covid 19 par le Dragon 50 ©DR

 

Les collectivités tiennent à leur dragon 50 et le font savoir

Dans un message publié sur les réseaux sociaux, Charly Varin, le président de la communauté de communes de Villedieu Intercom (LR) a tenu à souligner que les équipes de la Sécurité Civile avaient été un temps menacées.
 

Je n'oublie pas que l'ARS voulait supprimer ce service et que ce sont les collectivités locales (les contribuables locaux) qui cofinancent le maintien de ce service (...) Après la crise, il faudra que l'Etat change sa stratégie toujours basée sur la logique comptable


 
"Après la crise, il faudra que l'Etat change sa stratégie toujours basée sur la logique comptable".
"Après la crise, il faudra que l'Etat change sa stratégie toujours basée sur la logique comptable". © DR





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société sécurité solidarité