Pieds et poings cloués, un maire de la Manche retrouvé blessé dans un champ

Bernard Denis, le maire délégué de Saint-Côme-du-Mont (Manche), qui avait déposé plusieurs plaintes pour agressions a été retrouvé mercredi blessé au visage, les mains et les pieds cloués.

"Bernard Denis a été retrouvé vers 12h30 dans un champ à proximité de la salle des fêtes, blessé au visage et présentant des clous plantés dans le dessus des mains et dans chacun de ses talons", explique Michaël Giraudet, procureur de la République du parquet de Coutances. " Des clous comme ceux utilisés par les charpentiers".

Le maire délégué de Saint-Côme du Mont "a été transporté au centre hospitalier de Saint Lô pour y recevoir les soins nécessaires" et subir des "examens médico-légaux" selon le Parquet. Une enquête pour violences aggravées a été confiée à la brigade des recherches de Saint-Lô avec l'appui de la cellule d'investigation criminelle de la gendarmerie nationale. Des investigations sont en cours, notamment une enquête de voisinage. Des prélèvements ont été faits sur les lieux de l'agression. 

Plusieurs plaintes déposées pour agression

Bernard Denis s'était déjà déclaré victime d'agressions à plusieurs reprises ces derniers mois.

L'édile avait expliqué qu'il était victime de menaces et d'intimidations depuis qu'il avait parrainé Emmanuel Macron pour la présidentielle. Un tag avait ainsi été découvert sur le mur de sa maison. Au mois de décembre, il disait avoir reçu une lettre anonyme, parvenue à la mairie, quelques jours après l'incendie de ses voitures.

Deux procédures, pour l'incendie de son garage et de son véhicule ainsi que des menaces de mort, "ont fait l'objet d'un classement sans suite pour défaut d'identification d'un potentiel auteur", précise M. Giraudet, indiquant que "les très nombreuses et très longues investigations diligentées" n'ont pas permis "de mettre en cause qui que ce soit". La lettre qu'avait alors reçu M. Denis stipulait : "dehors ou la mort."

En décembre 2021, Bernard Denis s'inquiétait des multiples menaces dont il faisait l'objet : "Je ne comprends pas ce genre de chose. Je suis une tête de lard. Je ne m'arrêterai pas de travailler pour ma commune. Peut-être au niveau national j'essayerais d'être plus discret. Je le ferai pour ma famille et mon épouse". Il ajoutait : "Mes enfants me demandent d'arrêter la politique, ils sont inquiets".

En mai 2022, Bernard Denis avait inventé une agression

Une autre enquête, concernant deux tirs sur le fourgon du maire au mois de mai 2022 a "permis de déterminer que Bernard Denis avait menti. Entendu en juin 2022, il avait reconnu avoir tiré lui-même dans son fourgon et avoir inventé cette agression", poursuit le procureur. Poursuivi pour ces faits pour "dénonciation de délit imaginaire", il comparaîtra selon la procédure de reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) dans les prochaines semaines.

Dans le village de 500 habitants, c'est l'incompréhension qui prédomine. Le maire semble apprécié et personne ne comprend ses agressions à répétition. 

Cette agression est choquante. Tout le monde connait le maire, il est apprécié dans le village. L'ambiance est triste. Les gens ont de la peine, on se dit pourquoi lui ?

Une habitante de Saint-Côme-du-Mont

Hospitalisé, le maire de Saint-Côme-du-Mont (50) doit être entendu par les enquêteurs dès que son état de santé le permettra.