Un météore illumine le ciel de la Bretagne à la Normandie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie BERAUD
La webcam installée à Brest, dans le Finistère, a capté les images du passage de la météorite dans la nuit du 5 au 6 septembre 2021
La webcam installée à Brest, dans le Finistère, a capté les images du passage de la météorite dans la nuit du 5 au 6 septembre 2021 © Capture d'écran

Dans la nuit du dimanche 5 septembre au lundi 6 septembre, peu avant minuit, une lumière vive a traversé le ciel du Nord-Ouest de la France. Le phénomène a été observé en Bretagne, en Normandie et dans le sud de l’Angleterre.

Depuis la Bretagne, la Normandie ou encore le sud de l’Angleterre, des dizaines de paires d’yeux l’ont surpris dans sa course. Une boule de feu a traversé le ciel du Nord-Ouest de la France dans la nuit du dimanche 5 septembre au lundi 6 septembre, peu avant minuit. "Il était exactement 23h47 nous étions sur la route entre Landivisiau et Landerneau. Nous roulons sous un brouillard épais et avons aperçu tout le ciel bleu, comme s’il faisait jour. Impressionnant.", écrit une internaute sur le groupe Facebook de Météo Bretagne.

En réponse à son appel à témoignages, le modérateur a reçu plus de mille commentaires. Qu’ils se trouvent à Crozon, Nantes ou Quimper, les témoins évoquent l’éclat d’une lumière vive et de puissantes détonations. Ces dernières ont d’ailleurs inquiété la population et donné lieu à de nombreux appels aux pompiers et à la gendarmerie de la région, comme le souligne le Télégramme.

Un météore ou une météorite ?

Dans la matinée, le programme de science participative Vigie-Ciel (un projet scientifique de surveillance du ciel mis en place par le Muséum d'Histoire Naturelle de Paris et l'Observatoire de Paris) a confirmé l’observation du phénomène céleste. Ses contributeurs estiment que l’objet est entré dans l’atmosphère au sud de la Bretagne et a survolé la région sur un axe reliant Douarnenez à Morlaix. "Près de 250 témoins rapportent un objet très impressionnant qui a également été entendu par certains", précise le site. "C'est en fait caillou qui est entré dans l’atmosphère, qui s’est d’abord consumé puis fragmenté, pour finir en poussière dans la mer", détaille Sébastien Boulard, médiateur scientifique au planétarium Ludiver, situé dans la Manche.

Sur les réseaux sociaux, certains supposent qu’une météorite est tombée sur la Terre. En réalité, l'objet qui a traversé le ciel hier soir est un "bolide", c'est-à-dire un "météore (synonyme d’étoile filante) très lumineux", explique Vigie Ciel. "Si le caillou est retrouvé sur Terre, on l'appelle météorite. S'il tombe dans la mer comme celui qu'on a observé hier, on l'appelle simplement bolide, ou météore", explique Sébastien Boulard.

Quand ils arrivent sur Terre ces cailloux sont riches d'enseignement. On peut faire de la science avec.

Sébastien Boulard, Médiateur scientifique planétarium Ludiver

Des centaines de météorites retrouvées au XIXème siècle, à peine une dizaine au XXème siècle

Les bolides de ce type sont scrutés par les scientifiques car ils sont riches d'enseignement : "Grâce à eux, on peut essayer de comprendre la matière qu’il y avait dans notre sytème solaire il y a très longtemps, bien avant la naissance du soleil par exemple", développe Sébastien Boulard. Malheureusement, parce qu'il est tombé dans la mer, aucune analyse scientifique ne pourra être menée sur l'objet céleste qui a traversé le ciel du Nord-Ouest de la France. "D'après les premières estimations, le bolide pesait autour d'1 kg. C'est un poids trop faible pour qu'on puisse espérer en retrouver des fragments", regrette le médiateur scientifique. 

J’ai un collègue qui observe le ciel depuis longtemps. Il a observé 5 bolides. Environ un tous les dix ans.

Sébastien Boulard, médiateur scientifique au planétarium Ludiver

S'il s'est déjà produit à plusieurs reprises en France et dans le monde, ce genre de phénomène demeure assez rare. "Au XIXème siècle, on a retrouvé pas loin d’une centaine de météorites. Au XX siècle, on en a retrouvé à peine une dizaine. Alors aujourd'hui, on essaye de se doter de moyens techniques pour les retrouver", ajoute Sébastien Boulard. Ses explications : la pollution lumineuse qui empêche d'observer le ciel avec précision ou encore le manque de préoccupation scientifique sur ces sujets. Le médiateur rappelle tout de même que chaque année, "il tombe sur la Terre plusiseurs milliers de tonnes de minéraux extraterretres qui ne sont que des poussières".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.