VIDEO. Dans la Manche, l'implantation de méga-serres de tomates divise : "On détruit un village".

durée de la vidéo : 00h01mn41s
L'équivalent de 45 terrains de football pourraient être dédié à la production de tomates dans des serres, à Isigny-le-Buat. ©France Television

L'équivalent de 45 terrains de football pourraient être dédiés à la construction d'immenses serres, à Isigny-le-Buat. Un projet que le collectif d'opposants estime "démesuré".

Des méga-serres de tomates cultivées hors-sol, sous des lumières, alimentées via un liquide nourrissant ? Le collectif "Stop Tomates industrielles" n'en veut pas. Fermement opposé au projet d'extension des serres agricoles de la société "Les Serres du Buat", à Isigny-le-Buat, le collectif déplore un projet "démesuré". En tout, 20 hectares de terrain pourraient s'ajouter aux 12 hectares de mega-serres déjà exploitées par la société. Les serres nouvelle génération feront entre cinq et sept mètres de haut.

"Les terrains devraient plutôt profiter à des agriculteurs ! Les maisons sont achetées et elles vont être rasées. Pour nous, on détruit un village", dénonce Odile Marqué, membre du collectif et riveraine de ces terres agricoles.

"Localement, ca ne nous apporte rien"

La municipalité, d'ordinaire favorable à l'implantation d'activités sur son territoire, regrette quant à elle le manque de retombées sur l'économie locale : "Le bilan que l'on peut faire pour ce projet est là est qu'il n'y a ni de construction de salariés des tomates, ni d'enfants dans les écoles et la compensation financière est quasiment nulle pour la municipalité. Localement, ca ne nous apporte rien", expose Frédéric Laheurte, premier adjoint à la maire d'Isigny-le-Buat.

L'autorisation d'urbanisme, déposée fin février, est en cours d'instruction. La commune a également saisi la commission de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers (CDPENAF) pour émettre un avis sur le projet, au regard des enjeux d'artificialisation des sols et de destruction de la biodiversité.