Vols de téléphones chez Remade : un réseau international de malfaiteurs démantelé

Publié le Mis à jour le
Écrit par Kanwaljit Singh avec AFP

Un réseau de voleurs de téléphones portable dans le grand Ouest vient d'être neutralisé. L'enquête avait démarré dans la Manche en septembre 2020 suite à un cambriolage dans une entreprise de reconditionnement de téléphones à Poilley. Au total, 7000 appareils auraient été dérobés.

Onze hommes, interpellés entre novembre 2021 et juin 2022, ont été mis en examen dans le cadre du démantèlement d'un vaste réseau de vols de smartphones dans des entreprises du grand Ouest, a annoncé vendredi le parquet de Rennes.

Des cambriolages imputables à ce réseau entre septembre 2020 et octobre 2021, dont ont été victimes des entreprises de reconditionnement de smartphones. C'est notamment le cas de l'entreprise "Remade" à Poilley dans le Sud de la Manche, spécialisée dans le reconditionnement de téléphones de la marque Apple. Dans la nuit du 20 au 21 septembre 2020, les locaux de l'entreprise étaient cambriolés. La vidéo-surveillance sur le site permettait d'établir que cinq personnes avaient découpé le grillage de l'enceinte du site, puis le bardage d'un atelier. A l'intérieur, ils dérobaient 2600 téléphones portables, reconditionnés ou en cours de reconditionnement, pour un préjudice total de 320 000 euros.

L'ensemble des cambriolages dans le grand ouest portent sur "un total d'environ 7.000 smartphones dérobés, soit un préjudice de 2 millions d'euros pour les entreprises victimes", a précisé le procureur Philippe Astruc dans un communiqué. Le parquet de Coutances se dessaisissait au profit du parquet de la Juridiction Interrégionale Spécialisée de Rennes. Une information judiciaire des chefs de vols en bande organisée, recel de vols en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs était ouverte le 3 décembre 2020. 

Interpellations dans plusieurs pays européens

Les enquêteurs ont également mis au jour "la filière de recel de ces téléphones volés dont la plupart" étaient "réactivés en Grande-Bretagne, en Italie et en Roumanie", a indiqué le magistrat, ajoutant que cinq receleurs "originaires d'une même famille afghane" écoulaient "le produit des vols".

Trois opérations de police ont été menées en Roumanie, en Angleterre et en Italie, tandis qu'en France, "plusieurs interpellations et perquisitions simultanées sur différents sites" ont été menées, selon M. Astruc. "Les téléphones retrouvés à cette occasion" ont été "restitués aux sociétés victimes", a-t-il indiqué.
   
Au total, dix hommes soupçonnés d'être les auteurs des cambriolages ou tentatives, tous de nationalité roumaine et âgés de 28 à 47 ans, ont été mis en examen pour vols ou tentatives de vols en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs. Un homme de nationalité afghane, âgé de 31 ans, sans antécédent judiciaire, a lui été mis en examen pour recel en bande organisée, blanchiment et participation à une association de malfaiteurs. Tous ont été placés en détention provisoire.