JO : "Même gagner c'est compliqué" : la championne Marie-José Pérec transmet son expérience aux athlètes pour Paris 2024

Pendant 4 jours, des "étoiles du sport" passent le relais à de jeunes normands. Marie-José Pérec, triple médaillée olympique, est présente à Houlgate. Elle nous explique comment les jeunes athlètes peuvent bénéficier de l'expérience des champions dans leur préparation aux JO de Paris 2024.

Les champions parlent aux champions

Pendant toute une semaine, les athlètes de la Team Normandie sont en stage à Houlgate, encadrés par des champions olympiques. Dix-neuf  sportifs de haut-niveau, âgés de 18 à 36 ans, bénéficient de l'expérience de leurs aînés. Parmi ces étoiles du sport présentes en Normandie cette semaine, Marie-José Pérec, triple médaillée olympique en 200 et 400m, nous explique en quoi cette transmission est importante et comment les jeunes athlètes peuvent bénéficier des expériences des champions.

"Il y a beaucoup de choses mises en place avec l’arrivée des Jeux chez nous et je trouve que c’est important que les régions, les collectivités s’emparent aussi de l’accompagnement des athlètes"  affirme Marie-José Pérec, triple médaillées olympique aux JO de Barcelone 1992 et Atlanta 1996 . Durant ce stage, la championne d'athlétisme délivre notamment des conseils pour la préparation mentale. "Nous avons des ateliers en groupe sur la performance mentale que certains appellent la préparation mentale, mais moi j’ai l’impression que la performance est physique mais aussi mentale, donc on travaille vraiment sur la performance mentale" précise-t-elle. "Je trouve que c’est indispensable aujourd’hui de se préparer pour un événement, quel qu’il soit sportif ou autre. Il faut arriver bien dans ses baskets. Moi franchement aujourd’hui quand je vois tout ce qui est proposé aux sportifs, je me dis en fait : si nous avions eu la chance d’avoir ce type d’accompagnement ben on aurait éclaté les plafonds quoi".

Je trouve que c’est indispensable aujourd’hui de se préparer pour un événement quel qu’il soit, sportif ou autre. Il faut arriver bien dans ses baskets. Moi, franchement aujourd’hui quand je vois tout ce qui est proposé aux sportifs, je me dis en fait, si nous avions eu la chance d’avoir ce type d’accompagnement, ben on aurait éclaté les plafonds quoi (rires).

Marie-José Pérec

Je me dis que les athlètes ont une chance incroyable. Avec les étoiles du sport, avoir accès à autant de grands champions qui viennent apporter leur expérience aux plus jeunes c’est que du bonheur...Guillaume Gilles (handball) Sandrine Martinet (judo handisport), Samir Aït-Saïd (gymnastique) et Romain Cannone (escrime) forment l'équipe d'encadrants de la Team Normandie durant ce stage.

Le mental et la santé mentale des athlètes, de mieux en mieux prise en compte

Aux JO de Tokyo 2020, la gymnaste américaine Simone Biles (4 fois médaillée d'Or aux JO et 19 titres de championne du Monde à son actif) a déclaré forfait en expliquant se concentrer sur sa santé mentale. Le journal "Le Monde" a salué "une victoire morale de Simone Biles" à cette occasion. Est-ce à dire que l'on se préoccupe plus des athlètes qu'il y a 20 ans ? "Je pense que la parole s’est libérée dans tous les domaines" explique Marie-José Pérec "les gens s’expriment plus sur leurs sensations, leurs émotions, en tous cas sur l’état dans lequel ils se trouvent et en fait c’est important parce qu’on a besoin d’évacuer. C’est très bien que cela évolue."

Difficile de comprendre pourtant qu'un athlète à qui tout réussit, puisse se sentir ainsi sur la brèche. "Même gagner c’est compliqué en fait" précise la française, triple médaillée olympique "gagner c’est compliqué et quelques fois on gagne dans la souffrance et dans la douleur. La gagne c’est pas toujours tout rose."

Dans un documentaire intitulé "The Weight of Gold" (le poids de l'Or) la légende de la natation, Michael Phelps évoquait avec une dizaine d’autres champions les souffrances et le manque de soutien psychologique qui ont jalonné sa carrière.

Phelps explique avoir eu l'impression de n'être qu'un produit, que seule sa performance comptait. En y repensant, il va jusqu'à dire : "cela me brise le cœur parce qu'il y a tellement de gens qui se soucient de notre bien-être physique, mais je n'ai jamais vu personne se soucier de notre bien-être mental". Le champion affirme aussi qu'une immense majorité de médaillés olympiques souffrait de dépression après les Jeux. "Je n'ai pas vu le documentaire", dit Marie-José Pérec, "mais je pense qu’il n'a pas tort. C’est pas étonnant, mais on voit que les choses sont en train de bouger. C’étaient des machines avant, les athlètes."

Comment aider les jeunes athlètes à performer pour les JO de Paris 2024 ?

"Lorsque vous faites la finale d’un championnat du monde et quand vous êtes en finale des Jeux, ce sont deux choses très différentes" explique Marie-José Pérec, "certains peuvent réussir ces championnats du monde et dès qu’ils sont en finale des Jeux, ils peuvent avoir un blocage, il faut dénouer ces nœuds-là et je pense qu’il faut le faire avant l’événement."

Quels sont  les conseils distillés aux jeunes normands durant ce stage à Houlgate ? "On a parlé sur beaucoup de sujets. On leur donne une boîte à outils, une manière d’aller chercher ses outils au moment où ils en auront besoin". "J’apporte mon expérience qui est très riche" précise Marie-José Pérec, "Je suis partie de Guadeloupe (à 16 ans) et je suis arrivée en métropole, j'ai quitté la France et je suis partie aux Etats-Unis, je suis allée ensuite en Allemagne, j’ai vraiment beaucoup de choses à partager et je pense que c’est vraiment important de faire ça, transmettre".

"J’ai découvert après ma carrière que toutes mes routines, c’était de la performance mentale". Et les routines ne sont pas universelles et ne se partagent pas. "C’est très personnel, c’est une façon de fonctionner. On demande aux athlètes de faire un tour ce qu’ils font, de ce qui marche, ce qui ne marche pas, ce qui les débloque, ce qui switche sur un moment."

Lorsque vous faites la finale d’un championnat du monde et quand vous êtes en finale des Jeux, ce sont deux choses différentes et certains peuvent réussir ces championnats du monde et dès qu’ils sont en finale des Jeux, ils peuvent avoir un blocage, il faut dénouer ces nœuds-là et je pense qu’il faut le faire avant l’événement.

Marie-José Pérec

Les JO, ce serait donc du stress à l'état pur. "Pour les sports olympiques, c’est ce qu’on voit le plus souvent" affirme la championne française, "Il suffit de regarder,  il y a beaucoup de champions qui passent à-côté parce que c’est les Jeux et souvent les gens disent « on ne comprend pas, c’est le meilleur, il y a 3 mois il a gagné les championnats du Monde donc normalement on s’attendait à ce qu’il ait une médaille d’Or et là il est passé à-côté".

Pour Marie-José Pérec, " la communication avec la Team est très importante". Les athlètes, jeunes et moins jeunes, ont besoin d'être bien entourés pour pouvoir prendre de bonnes décisions. C'est pour cela qu'il faut veiller à bien constituer son équipe, ou à intégrer celle qui convient le mieux.

Un champion, un objectif

Chaque champion doit garder en tête, bien ancré, son ou ses objectifs. "On n’aide pas les gens à trouver leur objectif" précise Marie-José Pérec "quand on fait du sport de haut-niveau, chacun sait déjà pourquoi il est là (pour défendre une position, des idées, un chrono...) chacun a ses raisons personnelles d’être là et je pense que quand ca va pas bien, il est bon de se le rappeler, ca nous aide à avancer. On sait précisément pourquoi et on se pose pas la question « mais qu’est ce que je fous là ? »".

Et une fois son objectif atteint, que fait-on ? Pour Marie-José Pérec, la réponse à cette question est plutôt simple : "dans la vie on peut avoir différents objectifs : faire les Jeux, être finaliste aux Jeux ou être médaillé, on peut revoir ensuite ses objectifs à la hausse, si on a envie de continuer. Je pense que cela appartient à chacun de choisir ce qu’il veut faire."

Un dernier conseil de l'athlète multi-médaillée sur Twitter :  "Révez, osez, éclatez-vous et normalement après, les médailles tomberont "

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport