« Mes Frères » de Bertrand Guerry, un film plaidoyer pour la vie

De passage à Caen pour l’avant-première de son premier long métrage, Bertrand Guerry évoque dans Là où ça bouge des thèmes qu’il décline dans son film « Mes frères » : la famille, la vie, l'amour, la musique. Tourné à l’Ile d’Yeu, ce huis clos familial est un hymne à la vie. 

Il est très nerveux. Arrivé en avance au rendez-vous. Betrand Guerry est un documentariste de talent mais cette fois-ci, l’enjeu est différent. Il présente son premier long métrage: «Mes frères ».

«Les liens familiaux m’intéressent, les secrets de famille, ce genre de choses, les non-dits entre les gens » explique le réalisateur. "c’est un film avec très peu de mots dans lequel j’ai voulu aussi exprimer des choses sans dialogue mais avec le corps des acteurs »
« on a beaucoup travaillé avec  Simon, le jeune fils de Rocco ( à la ville le fils du réalisateur) et Juliette, son amie ( Guillemine Boulte, formidable de fraîcheur). Ils ont appris à se connaître pour devenir amis et pour apprendre aussi à se toucher comme le font de vieux complices. »

Mes frères raconte l’histoire de Rocco et Eddy deux frères ex-chanteurs de rock qui élèvent ensemble Simon, le fils de Rocco. Car Rocco est malade, atteint de la maladie de l'homme de pierre  qui l’attaque et l’immobilise toujours un peu plus. Entre le trio, les choses ne sont pas toujours simples et un secret couve…

« Je connais bien la maladie de l'homme de pierre. J’y ai consacré un documentaire il y a quelques années. J’ai choisi de parler de cette maladie rare dans mon film pour faire connaître cette cause ( la moitié des recettes du film sera reversé à la FOP) mais aussi parce que j’aime filmer les corps en mouvement et dans le film je voulais parler et montrer ça les corps qui bougent, se libérent et celui de Rocco qui se durçit, l’enferme. »

Mes frères est un film juste, sans pathos, très délicat. La vie et la mort s’y confrontent dans un cadre insulaire magnifique.
" mon frère Joseph ( Eddy dans le film) est danseur professionnel, chorégraphe. Les moments de danse dans le film sont des moments de grâce, de libération pour les personnages face au secret au non dits à la souffrance »

La distribution du film est brillante : Sophie Davout est une Lola, rock et douce; David Arribe, un Rocco aussi insupportable qu’attachant et Eddy le mutique est un homme de paroles.
« Mes frères » est un premier film juste et brillant. Joyeux à sa manière. Un Hymne à la vie. A voir sur tous les écrans le 4 juillet