Violences policières : plusieurs milliers de manifestants à Rouen

Après Paris, d'autres grandes villes françaises ont décidé d'organiser des rassemblements en hommage à George Floyd, cet afro-américain décédé lors d'une interpellation aux États-Unis. À Rouen, une mobilisation contre les violences policières a débuté devant le palais de Justice, à 18 h. 

La manifestation contre les violences policières s'est élancée du palais de Justice de Rouen, ce vendredi 5 juin 2020.
La manifestation contre les violences policières s'est élancée du palais de Justice de Rouen, ce vendredi 5 juin 2020. © Jean-Baptiste PATTIER - FRANCE TÉLÉVISIONS

#BlackLivesMatter (Les vies noires comptent). Vous avez sans doute vu fleurir ce mot dièse un peu partout les réseaux sociaux depuis la mort de George Floyd, cet afro-américain décédé le 25 mai 2020 sous le genou d'un policier lors d'une interpellation à Minneapolis (Minnesota) aux États-Unis.

Depuis, des rassemblements populaires s'organisent un peu partout dans le monde et notamment en France. Mardi 2 juin 2020, une mobilisation a réuni au moins 20 000 personnes dans la capitale pour dénoncer les violences policières, malgré l'interdiction par la préfecture de police de Paris en début d'après-midi. 
 

 

"Tous contre le racisme"

À Rouen, le cortège s'est rassemblé à 18 h depuis le palais de Justice de Rouen. Une foule d'au moins 2 000 personnes défile dans les rues du centre-ville.

durée de la vidéo: 01 min 01
5 juin 2020 – Rouen : manifestation non autorisée, affrontements avec la police et dégradations

 

À Rouen, les pancartes en hommage à George Floyd fleurissent dans le cortège.
À Rouen, les pancartes en hommage à George Floyd fleurissent dans le cortège. © Amandine POINTEL - France Télévisions

Dans les rangs, on trouve une majorité de jeunes. Rebecca, 18 ans, est venue manifester pour défendre ce qu'elle estime être "sa cause".

On doit se battre pour nos droits comme nos ancêtres l'ont fait. On doit continuer à se battre pacifiquement, sans bavure.

Une autre manifestante, Marianna, confie à notre reporter sur place avoir déjà été victime de propos racistes. 

Serge lui, fait part de sa désolation.

On en a ras-le-bol. Rendez-vous compte... on scande "la vie d'un noir compte" ! Ce n'est pas normal car nous sommes tous pareils, il n'y a que la couleur de peau qui nous différencie.

Manifestation à rouen contre les violences policières
Manifestation à rouen contre les violences policières © Amandine Pointel / France Télévisions

 

À l'origine de cette marche, une page Facebook intitulée Rassemblement contre les violences policières. La créatrice de la page N'Diaye Ba, une étudiante en biologie rouennnaise de 21 ans, détaille les raisons de son engagement.

Depuis la mort de George Floyd, on a vu une vague de personnes sur les réseaux sociaux, notamment des blancs, s'informer sur ce qu'on vit au quotidien ; que c'est compliqué de ne pas être blanc dans la société. Partager (sur les réseaux sociaux) c'est le début mais (il faut) aussi descendre dans la rue, montrer à tout le monde que ce n'est pas normal, que ça suffit !

Marche de soutien et prises de parole

Pas question de réserver l'événement à des personnes uniquement de couleur. N'Diaye Ba insiste : "On est tous contre le racisme, ce n'est pas les personnes noires versus les personnes blanches, c'est nous tous contre le racisme."
 

 

La mort de George Floyd est un événement mais c'est loin d'être le seul problème. Le racisme, les dérives policières, ça n'arrive pas qu'aux États-UnisJ'aimerais que le maximum de personnes puissent témoigner et notamment que des personnes noires ou racisées puissent se confier, expliquer comment elles se sentent avec la police. J'ai des amis qui se disent mal à l'aise avec les policiers alors qu'ils sont censés nous faire sentir en sécurité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité justice international manifestation économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter