Elu public n°1 : REPLAY. La vie de rebelle de l'ancien maire de Cherbourg, Jacques Hébert

Jacques Hébert (ici en 2009) , ancien maire de Cherbourg et compagnon de la Libération. / © CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Jacques Hébert (ici en 2009) , ancien maire de Cherbourg et compagnon de la Libération. / © CHARLES PLATIAU / POOL / AFP

Jacques Hébert, était l'un des derniers compagnons de la Libération. Il porte un regard libre sur ses multiples campagnes de 40 à 45, ses convictions de médecin social et ses engagements politiques. Le documentaire de Thierry Durand retrace la "vie rebelle" de l'ancien maire cherbourgeois.  

Par Valentine Piednoel / Fabienne Bahin / CM / OLC

On a trop longtemps ignoré voire méprisé la poignée d'hommes qui refusèrent la honte de 1940, sacrifièrent 5 à 6 ans de leur jeunesse à faire la guerre, se battirent souvent ensuite pour rester fidèles à leur idéal alors que la France retombait dans l'égoïsme et la médiocrité.

« Pourquoi moi ? et pourquoi si tard ? » Jacques Hébert s'étonnait donc qu'on s'intéresse à lui.

Né le 8 août 1920 à Falaise dans le Calvados, Jacques Hébert a passé une bonne partie de sa vie dans la ville du Nord-Cotentin. Après ses études de médecine, il devient médecin-chef du Centre interprofessionnel de médecine du travail de la ville. C'est également à Cherbourg qu'il débutera une autre carrière, politique cette fois, sous l'étiquette gaulliste. D'abord comme maire, à l'âge de 38 ans, en 1959, et jusqu'en 1977.  Et comme député de la Manche de 1962 à 1973.

Nous connaissions de réputation l'ancien médecin qui osait aller dans des quartiers insalubres que fuyaient ses confrères. Nous savions que l'ancien maire de Cherbourg jouissait toujours 40 ans après d'une estime générale y compris de la part de ses adversaires.

Au-delà de l'histoire de Cherbourg, Jacques Hébert participa aussi, plus largement, à celle de la Normandie, de la France et de sa libération.

Nous connaissions quelques-unes de ses actions d'éclat comme la création du 1er jumelage franco-allemand d'après-guerre. Mais ce que nous avons découvert, lors d'une rencontre fortuite, c'est à quel point il avait conservé une mémoire extraordinaire de ses multiples campagnes de 1940 à 1945, de sa réinsertion dans la France de l'après-guerre, de ses combats politiques et sociaux en tant que médecin puis maire et député.
 

Collection élu public n°1 : Jacques Hébert, une vie rebelle

Réalisation : Thierry Durand 
Production : Almérie films
Coproduction: André Guéret productions / Productions de la grande vallée / France 3 Normandie

Lundi 18 novembre 2019 dans "La France en vraie" vers 23h00 sur France 3 Normandie 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus