Normandie Impressionniste : l'ouverture de l'événement est prévue pour le 4 juillet 2020

Initialement prévu du 3 avril au 6 septembre 2020, Normandie Impressionniste est décalé du 4 juillet au 15 novembre. Cette 4ème édition réunit des oeuvres prestigieuses dans les musées de toute la région, plus de 500 événements sont organisés.
Le célèbre tableau des "Repasseuses" d'Edgar Degas sera exposé au Musée des Beaux Arts de Caen, dans le cadre du thème "Les villes ardentes" consacré au travail, aux industries, aux usines du 19ème siècle.
Le célèbre tableau des "Repasseuses" d'Edgar Degas sera exposé au Musée des Beaux Arts de Caen, dans le cadre du thème "Les villes ardentes" consacré au travail, aux industries, aux usines du 19ème siècle. © Musée d'Orsay, Paris.
Le nouveau calendrier n'est pas encore précisé mais les grandes lignes sont connues. Il y aura bien une 4ème édition de l'événement artistique, elle se déroulera  du 4 juillet au 15 novembre 2020.


500 événements maintenus

Dès cet été, des expositions seront organisées dans les musées normands, aussi bien les Beaux-Arts de Rouen et Caen que des musées plus petits, comme celui de Louviers par exemple. Les thèmes seront sensiblement identiques à ceux qui étaient prévus. Ces grandes expos qui réunissent des toiles du monde entier sont consacrées aux oeuvres impressionnsises, mais également à des créations contemporaines et photographiques.
 

On est très conscient qu’on est dans le cadre d’un déconfinement progressif, les musées travaillent aussi la mise en place de mesures sanitaires, avec des jauges restreintes, il y aura peu de gens dans les salles d’expositions - Selma Toprak, Directrice de Normandie Impressionniste.



Durant l'automne, des événements, des spectacles notamment, viendront enrichir les expositions, en tout près de 500 propositions artistiques seront faites. De quoi piocher, profiter, découvrir ...

La couleur au jour le jour

Au vu des contraintes liées à la crise sanitaire du coronavirus, certains événements seront réajustés pour cette édition 2020 mais les thèmes des expositions sont maintenus. Il s'agit par exemple à Caen des "Villes ardentes" pour évoquer le monde industriel du 19ème siècle.
durée de la vidéo: 00 min 34
E. Delapierre, directrice du musée des Beaux-Arts de Caen

Les Beaux-Arts de Rouen accueilleront des toiles collectées par un industriel normand, François Depeaux, un amateur visionnaire qui achètera près de 600 tableaux entre 1880 et 1920. Il donnera une partie de cette impressionnante collection au musée des Beaux Arts de Rouen.
durée de la vidéo: 00 min 39
J. Snrech, conservatrice Musée des Beaux Arts de Rouen
"Le sentier au bord de l'eau à Sahurs, le soir" d'Alfred Sisley (1894). Le mécène normand François Depeaux, grand amateur de peintres impressionnistes, avait acheté 55 toiles de Sisley.
"Le sentier au bord de l'eau à Sahurs, le soir" d'Alfred Sisley (1894). Le mécène normand François Depeaux, grand amateur de peintres impressionnistes, avait acheté 55 toiles de Sisley. © Donation François Depeaux / Musée des Beaux Arts RMM Rouen Normandie.
 
La couleur au jour le jour reste le fil directeur de cette édition et pour la dévoiler cette couleur impressionniste, le Musée d'Orsay prêtera une soixantaine de toiles pour Normandie Impressionniste.


Une des exposisitions phares modifiée

L'exosition prévue à Giverny "Plein air : de Corot à Monet" s'est finalement reportée sur  la toile, une exposition virtuelle a pu s'organiser depuis le 18 mai pour présenter 50 tableaux photographiés en haute-résolution, de quoi flâner dans les rues de Rome aux côtés de Camille Corot ou encore contempler de son canapé, les soleils couchants de Claude Monet.
► Plus d'infos à venir sur le détail des événements prévus dans le cadre de Normandie Impressionniste 2020.
L'interview de Selma Toprak - Directrice de Normandie Impressionniste
  • Comment avez-vous réorganisé cet événement pour le maintenir malgré tout ?
Ça a nécessité beaucoup de solidarité et de conviction, on travaille avec 200 structures, des collectivités locales, des partenaires culturels, des artistes. Ce qui est apparu c’est la volonté de  reporter les projets, on a reconfiguré, il y a eu plusieurs scénaris.
Ce qui est important, c’est de prolonger sur l’automne 2020, en espérant que les projets de spectacles vivants auront lieu. Nous espérons aussi maintenir les projets avec les scolaires, il y en a beaucoup de prévus.
 
  • Comment s’organisent les grandes expositions ?
La grande majorité des expositions aura lieu, après c’est le calendrier qui va changer, très peu seront reconfigurées ou transformées en virtuel. Par contre, on apprend à travailler sur la prolongation d’une offre numérique, l’un n’exclut pas l’autre, des espaces pourront se visiter en présentiel et virtuel.

On est très conscient qu’on est dans le cadre d’un déconfinement progressif, les musées travaillent aussi la mise en place de mesures sanitaires, avec des jauges restreintes, il y aura peu de gens dans les salles d’expositions.
 
  • Et vos coups de cœur de cette édition 2020 ?
J’en ai plein des coups de cœur, j’ai très envie d’aller voir « Nuits électriques » au Havre pour parler de l’arrivée de l’électricité et de la transformation du paysage nocturne.
Dans les petits coups de cœur, il y a aussi tout le programme des musées métropolitains de Rouen, sur l’herbier secret de Giverny ou encore l’expo sur Antonin Personnaz un grand collectionneur, un des précurseurs de la photographie, il montre la vie au temps des impressionnistes.

Et l’un des points forts de la programmation  les « villes ardentes » à Caen, la représentation du travail au tournant du 19 ème siècle.
Ce que je trouve intéressant dans la programmation c’est que l’ensemble des musés ont travaillé leurs sujets en lien avec l’histoire de leur territoire, comme l’expo sur Eugène Lepoittevin à Fécamp : il est un des premiers à découvrir Fécamp avec un regard d’artiste et montrer la transformation des usages de la plage, lieu de travail pour les pêcheurs et lieu de villégiature aussi.

J’en ai encore tellement des coups de cœur … je pourais vous en parler pendant des heures !

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
normandie impressionniste culture art peinture