"C'est le rêve d'une vie qui s'envole" : l'incroyable erreur qui prive des sportifs français de JO

Deux champions français de badminton vivent depuis quelques jours une mauvaise blague. Qualifiée pour les Jeux Olympiques de Paris, la semaine dernière, la paire Ronan Labar/Lucas Corvée se retrouve privée de JO, pour une erreur de points commise par la Fédération internationale.

Le ciel leur est tombé sur la tête. Le champion de badminton Lucas Corvée, originaire d'Alençon (Orne) et son partenaire Ronan Labar sont passés en quelques jours du rêve au cauchemar. La semaine dernière, ils étaient virtuellement qualifiés pour les prochains JO de Paris et patatras, mardi dernier, le 15 avril 2024, ils ne l'étaient plus. 

La raison de ce brutal revirement de situation : une erreur de classement de la Fédération internationale qui s'est trompé dans son calcul de points. Une erreur qui remonte au mois de mai 2023. 400 points de trop auraient été attribués au duo français lors d'un tournoi en Chine. Erreur corrigée un an après, avec de fâcheuses conséquences pour la paire tricolore.

La paire Corvée/Labar qui occupait, après les récents Championnats d'Europe, la place de numéro un français au classement du circuit mondial, se retrouve devancée par les frères Popov de 29 petits points. 

C'est un véritable tremblement de terre, une déflagration que l'on est en train de vivre. Le rêve d'une vie qui apparaît puis disparaît sans explications.

Lucas Corvée, champion de badminton

Des années d'efforts pour participer aux JO

La paire française est anéantie par cette décision de la Fédération. "On a le ventre noué, nous ressassons, Ronan et moi, tous les sacrifices que nous avons dû faire pour se donner une chance de se qualifier pour les Jeux olympiques", témoigne Lucas Corvée. "Toutes les nuits passées loin de nos proches, les difficultés pour mon partenaire d'élever sa fille à distance, les entraînements biquotidiens, les vacances inexistantes. Tout ce temps passé sur notre projet sportif, le projet d'une vie en fait".

La FFBaD (Fédération française de badminton) a saisi la Fédération internationale, pour avoir des explications. Lucas Corvée et Ronan Labar, attendent, eux aussi, des éclaircissements de la part des instances mondiales, avant de décider quelle suite ils entendent donner à "cette situation surréaliste".