Il vit avec 28 dinosaures dans son jardin

Il s'est pris d'affection pour ses bêtes qui le font voyager dans le temps. Jean-Yves Chatellier vient chaque jour voir les statues de résine qui ornent sa propriété à Saint-Rigomer-des-Bois (Sarthe). La famille s'agrandit régulièrement.

Une fois à la retraite, certains vont à la pêche, d'autres font du vélo. Jean-Yves élève des dinosaures. Du moins fait-il comme si. Chaque matin, il pousse la porte de sa maison pour s'en aller leur rendre visite dans le jardin. "Cela me fait faire un saut dans le passé. Je suis content de voir des animaux qui ont disparu il y a très longtemps", dit-il naturellement.

L'homme n'a rien d'un illuminé. Jean-Yves Chatellier est doté d'une solide culture scientifique. Il est physicien de formation, spécialiste des ultrasons. "J'ai fait deux doctorats de spécialité, qui m'a amené à travailler avec rigueur". L'ingénieur retraité est du genre à s'amuser sérieusement.

"Les dinosaures me font rêver"

Un jour, il découvre des fossiles de coquillages dans son jardin. Sa curiosité est piquée. "Je me suis intéressé à leur origine. Ici, dans le nord de la Sarthe, c'était recouvert par la mer il y a environ 160 millions d'années. C'est comme ça que j'en suis venu à m'intéresser aux dinosaures. En France, il n'y en avait que dans le Massif armoricain et dans le Massif central qui étaient les seules terres émergées".

En bon scientifique, il a épuisé le sujet. "J'ai regardé 115 films et j'ai lu beaucoup d'articles en français et en anglais afin de ne pas commettre d'erreurs". Il a même commis trois livres. Des romans qui tentent de restituer la vie quotidienne de ces grosses bestioles. "J'ai pris un herbivore, un carnivore et un volant. J'ai pioché à droite à gauche. Je n'ai pas tout inventé quand même..."

Un brachiosaure haut de 5 mètres

Les statues ont commencé à entrer dans le jardin il y a quatre ans. Pour qu'elles s’y sentent bien, Jean-Yves cherche à reconstituer leur biotope en plantant des essences qui existaient déjà à l'ère des dinosaures. Le problème, c'est l'herbe. "Elle n'existait pas à l'époque. Pour bien faire, il faudrait l'arracher brin par brin", sourit Jean-Yves. Il y a renoncé. Tant pis pour la vraisemblance.

Je suis fasciné par la forme des dinosaures et par le fait qu'ils se reproduisaient en pondant des oeufs. C'est comme si une vache pondait un oeuf. Ce serait assez cocasse.

Jean-Yves Chatellier

Collectionneur de dinosaures

Le jardin est peuplé de 28 dinosaures plus faux que nature. Ce sont des statues en résines, importées des Philipinnes par une société normande basée près de Rouen. La passion a un prix. Il a déjà investi 20 000 euros. "Je n'achète que celles qui sont bon marché", dit-il avec un soupçon de regrets : "Les parcs d'attractions peuvent se payer les plus chers". 

Jean-Yves ne se lasse pas d'en parler et de les contempler. Le plus grand est un brachiosaure. Il mesure cinq mètres. Le plus touchant vit en famille : "on a ici un œuf. Puis à côté le petit qui sort de l'œuf. Là, un petit qui a un peu grandi. Et le papa en face." Souvent, il ouvre les portes de son monde aux curieux, pour peu qu'ils aient pris rendez-vous. "Il y a beaucoup d'enfants qui viennent. Cela les fait rêver. ça me fait rêver aussi..."

L'actualité "Insolite" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Insolite" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité