Disparition de Lydie Logé dans l'Orne : fin de garde-à-vue pour Michel Fourniret et son ex-femme

Monique Olivier lors d'une audience au plais de justice de Carleville-Mezières en 2008 / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Monique Olivier lors d'une audience au plais de justice de Carleville-Mezières en 2008 / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Fin de garde à vue pour le tueur en série son son ex-femme Monique Olivier. Ils étaient entendus depuis mardi à Nanterre dans le cadre d'une disparition restée inexpliquée depuis 1993 à Saint-Christope le Jajolet. 

Par Pierre-Marie Puaud, avec l'AFP et SL

Le couple que fomaient Monique Olivier et Michel Fourniret, était de nouveau réuni dans les locaux de l’Office central de répression de violences aux personnes depuis mardi. La garde à vue a pris fin aujourd'hui. Le procureur de la république d'Argentan a confirmé que cette audition est liée à l'enquête portant sur la disparition de Lydie Logé. Il s'est désaisi en cours de garde à vue du dossier, et l'enquête a été transmise au pôle criminel de Caen - un mécanisme de procédure pénale. 

La procureure de la République de Caen, Carole Etienne, a précisé qu'"il n'y a pas eu de reconnaissance franche des faits" de la part de Michel Fourniret, mais "des réponses plus ou moins floues qui appellent des vérifications" notamment une "vérification très méticuleuse des déplacements de l'intéressé. "

Une information judiciaire sera ouverte d'ici ce vendredi, mais Michel Fourniret et Monique Olivier ont tous deux retrouvé leurs cellules à Fleury-Mérogis.

Lydie Logé, c'est cette jeune femme alors âgée de 29 ans qui s'est évaporée le 18 décembre 1993 à Saint-Christophe le Jajolet. Son corps n'a jamais été retrouvé. Les investigations se sont soldées en 2009 par un non-lieu. Le procureur Hugues de Phily indique que l'enquête a été rouverte en 2018.
 
Lydie Logé était âgée de 29 ans lors de sa disparition. A Saint-Christophe le Jajolet, l'affaire était tombée dans l'oubli jusqu'à ce que le nom de Michel Fourniret la remette à la une de l'actualité. / © DR
Lydie Logé était âgée de 29 ans lors de sa disparition. A Saint-Christophe le Jajolet, l'affaire était tombée dans l'oubli jusqu'à ce que le nom de Michel Fourniret la remette à la une de l'actualité. / © DR


Des prélèvements ont été effectués dans la voiture de Michel Fourniret en février dernier. Une correspondance a pu être établie avec l'ADN de plusieurs proches de Lydie Logé.
C'est ce qui a conduit le procureur de la république d'Argentan à demander la réouverture de ce dossier.
Mais Hugues de Phily se montre extrêmement prudent : "il y aurait une possibilité pour que les ADN correspondent. Mais du fait des techniques d'enquête et de l'ancienneté des matériaux, il est difficile d'être sûr à 100 %.". Il poursuit : "il y a probabilité mais pas d'exactitude".  L'audition du tueur en série et de son ex-femme permettra peut-être de faire progresser l'enquête.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus