Le chef étoilé Arnaud Viel à Argentan entendu par la police pour une "battle" culinaire avec public et invités

Publié le Mis à jour le

Est-ce une ouverture illégale ? Pour célébrer la première année de son Hôtel des Voyageurs à Argentan, le chef étoilé Arnaud Viel a organisé une journée porte ouverte qui a réuni 400 personnes, au total, sur la journée du 13 mars 2021. Il sera entendu par la police le lundi 10 mai. 

Arnaud Viel est sous le choc. Avec cette "inauguration-fête anniversaire" a t-il été maladroit, s'est-il mis tout seul en faute en ne demandant pas au préalable une autorisation préfectorale, ou pas? Le procureur d'Argentan va désormais trancher.

Certains assimilent l'événement à de l'activité illégale et au scandale des restaurants clandestins, alors que l'ensemble de la profession subit de lourdes restrictions depuis le mois d'octobre, sans réouverture.

Pour y voir plus clair et déterminer s'il y a eu préjudice, le chef étoilé de l'Orne sera entendu par la police le 10 mai. Ce sera ensuite au parquet de déterminer s'il y a eu mise en danger de la vie d'autrui et non respect des restrictions sanitaires. 

Pas d'invitations en catimini 

On ne peut pas parler d'invitations "secrètes" ou en catimini. Elles ont été lancées publiquement sur les réseaux sociaux et notamment sur la page Facebook du Chef, trois jours plus tôt, comme on le constate ci-dessous.

[ Week-end Événement 🤩🕯🧳] Retrouvez notre chef Arnaud Viel tous le week-end à la boutique Voyageurs 🧳 Samedi 13 mars...

Publiée par Restaurant Arnaud Viel & Hôtel La Renaissance sur Mercredi 10 mars 2021

 

 

Le Chef étoilé Arnaud Viel est propriétaire de trois établissements dans sa ville d'Argentan et le petit dernier, le fameux hôtel des Voyageurs, a ouvert en mars 2020, quelques jours avant le premier confinement. Un établissement qu'il a voulu confier à son fils, Jules, mais qui dans le contexte de la crise sanitaire et des restrictions, connaît un démarrage un peu compliqué. 

Un repas clandestin ? 

Il s'agit donc d'un hôtel pouvant proposer de la restauration pour les groupes sur commande, mais pas d'un hôtel- restaurant. La précision aura peut-être son importance pour la suite pour rentenir ou non l'ouverture illégale. Car l'établissement est ouvert au public, contrairement aux autres restaurants de la famille.

Ce 13 mars 2021, de nombreuses personnes sont venues participer à "l'anniversaire de l'hôtel des voyageurs" . 400 personnes entre le matin et le soir, sur une journée entière, selon le chef Arnaud Viel.

Au programme: marché avec produteurs locaux et battle entre grands chefs, des étoilés d'Auvergne ou de Paris se sont d'ailleurs prêtés au jeu.

A cette période le département n'était pas en confinement, seuls les département de l'Eure et de la Seine-Maritime étaient concernés. Mais l'épidémie était en progression et le département de l'Orne allait connaître une forte évolution de son taux d'incidence.

Ce n'est pas un restaurant et rien n'a été organisé dans la clandestinité. Il n'y a d'ailleurs pas eu de repas servis. Des petits fours ont été proposés ici ou là mais pas de repas et les gens n'étaient pas à des places assises. Il n'y avait pas non plus d'interdiction préalable à être présent. 

Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l'Orne

Du beau monde pour les top chefs

Dans la liste du public venu assister aux démonstrations culinaires prestigieuses, on compte de nombreux élus normands. Le Canard Enchaîné du 5 mai parle sans détour de "Bamboche clandestine"pour résumer cette fête du premier anniversaire de l'Hôtel des voyageurs.

Mais à y regarder de plus près, l'ambiance est plutôt "bon enfant" et les photos qui circulent dans les médias locaux présents ce jour-là montrent un public masqué, certes un peu "serré", surtout au moment de l'animation culinaire, vers 16H.

La liste prestigieuse des invités de marque semble bien plus croustillante et c'est un peu l'origine de l'escalade.Tout cela fait écho aux repas clandestins et au affaires sorties début avril, à Paris comme celle du Palais Vivienne et ses ministres.

Mais ça n'a rien à voir. Il faut arrêter de tout mélanger. 400 personnes sont passées là, tout au long de la journée. Seule la battle aux Saint-Jacques a regroupé un peu de monde, mais ça n'a pas duré longtemps. 

Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l'Orne, candidate aux Régionales

Le premier des Normands aurait donc été aux premières loges, on parle bien Hervé Morin, le président de la Région. Et il n'est pas le seul: d'autres politiques de tous partis comme Roger Jouadé, élu communiste, Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l'Orne, ou Frédéric Leveillé, maire PS d'Argentan et Jérôme Nury, le député LR, sont cités.

Ce dernier témoigne dans les Colonnes de Ouest-France : «On monte en épingle une affaire qui n’en est pas une. Cela me fait de la peine pour la famille Viel qui travaille beaucoup pour donner une bonne image de l’Orne . Il y avait un comptage à l’entrée. Du personnel veillait à ce que nous mettions du gel et nos masques, sauf pour déguster le cidre. Je n’ai pas encore été auditionné, mais si je dois l’être, tous les gens qui sont venus à ce marché doivent l’être également.»

A l'époque, la presse locale, dont le Journal de l'Orne, relate les faits et participe à l'événement sans sourciller et parle de "premier anniversaire fêté en fanfare" ou d'un défilé de politique ressemblant à "un gratin en campagne."

C'est vrai que c'est un peu banal à quelques semaines des élections et il n'aura échappé à personne que nos politiques se relaient au chevet des professionnels durement touchés par la crise sanitaire. Les restaurateurs, en tête. 

Leurs "communiquants"  publient tous les jours des  photos de "réunions" ou de visites comme le montre ci-dessous le fil twitter du Président de Région, Hervé Morin.  Lui, comme d'autres, croisent beaucoup de monde chaque jour. Des brochettes de gens aglutinés lors de ces visites et inaugurations autorisées qui ne font pas scandale.

 

Une lettre anonyme à l'origine de l'affaire

C'est effectivement une lettre anonyme publiée quelques jours plus tard par le Journal de l'Orne qui va mettre le feu aux poudres. Arnaud Viel y répondra : "qualifier cette manifestation qui se voulait conviviale, cordiale et promotionnelle des produits normands de « sauterie », j’en laisse la responsabilité à cette courageuse lectrice et au Journal de l’Orne qui a publié cette lettre de rancœur ainsi que deux photographies ou l’on me voit, moi, Arnaud VIEL et Monsieur Jérôme NURY, trinquer à cet anniversaire. Mea culpa, Mea maxima culpa mais je n’ai pas encore trouvé le moyen de boire un verre sans ôter mon masque qui est, d’ailleurs, accroché à mon oreille."

L'affaire fait grand bruit dans l'Orne. Il faudra attendre la fin de l'enquête pour savoir si des suites judiciaires seront données. 

Selon le journal le Parisien, fin avril "près de 1000 personnes ont été verbalisées depuis Octobre, en France, pour avoir mangé dans un restaurant clandestin et bien des personnalités se sont fait surprendre en mauvaise posture, malgré les restrictions sanitaires."