Le seul scanner mobile d’Europe est en Normandie !

Publié le
Écrit par Maelenn Nicolas
Les vétérinaires vont utiliser le scanner mobile sur cette jument pour savoir si elle souffre d'une sinusite.
Les vétérinaires vont utiliser le scanner mobile sur cette jument pour savoir si elle souffre d'une sinusite. © A.Danis

La clinique vétérinaire de Meuheudin à Ecouché les Vallées dans l’Orne est la seule en Europe à être équipée d’un scanner mobile. Un outil qui permet de faciliter drastiquement diagnostic, opération et soin du cheval.

Quel meilleur endroit que la Normandie, terre du cheval pour découvrir une clinique vétérinaire avec le seul scanner mobile d’Europe ? C’est à la fin de l’année 2020 que la Clinique de Meheudin à Ecouché les Vallées dans l'Orne a obtenu ce bijou de technologie, facilitant les soins médicaux des chevaux, après avoir entrepris de nombreux travaux.

Un scanner mobile pour cheval

C’est l’entreprise Samsung qui est à l’origine de cette invention. Elle a commercialisé seulement 3 scanners mobiles, dont 2 qui se trouvent aux Etats-Unis. C’est la première fois que cet outil destiné aux humains est utilisé à destination des chevaux en Europe. Installé sur une plateforme surdimensionnée, il permet d’obtenir avec précision des images de la tête ou des membres inférieurs des chevaux. C’est en trois dimensions que les vétérinaires pourront visualiser les images modélisées pendant le scan.

Malgré sa 1,7 tonne, le scanner mobile peut être déplacé pour une chirurgie grâce à son fonctionnement sur batteries. Mais cette machine à la pointe de la technologie a un coût : 500 000 euros.

Un gain de temps et d’efficacité pour les vétérinaires

Absinthe vient pour un examen médical. Son vétérinaire suspect une sinusite. Le scanner mobile va être utile ici pour voir précisément l’intérieur de la tête de l'animal. L’atout principal de cette machine : la mobilité. En effet le scanner mobile peut bouger d’avant en arrière, permettant aux vétérinaires de ne pas manipuler le cheval, ni de systématiquement l’anesthésier et de laisser la machine faire. Et également d’obtenir un diagnostic plus pointu sans avoir à opérer.

« Contrairement à une sinusoscopie qui consiste à faire un petit trou dans le crâne et observer ce qui se passe dans un sinus, l’examen de scanner permet d’imager toute la tête sans création de lésions chirurgicales et sur un cheval debout, donc pas anesthésié. »

Murielle Hamon, vétérinaire en charge du scanner

Un atout pour ces vétérinaires. Le scanner mobile peut même être utilisé sur un cheval en pleine opération. Le chirurgien pourra donc opérer et avoir une aide d’imagerie par scanner, lorsqu’il veut réparer une fracture ou placer une vis. Un gain de temps utile pour soigner les chevaux, un animal que la moindre blessure peut lourdement handicaper.

« Une boiterie est invalidante pour le cheval aussi bien de sport que de course car c’est un athlète. Il est important de connaître les causes de boiterie. Pour les examens de tête c’est important d’avoir de l’imagerie 3D. »

Murielle Hamon, vétérinaire en charge du scanner

La patientèle de cette clinique est très diverse. Le scanner mobile est aussi bien sollicité par les grandes écuries de courses, comme pour les particuliers, voulant obtenir les diagnostics les plus poussés pour leurs chevaux.

« Ce scanner mobile répond à deux besoins. On a un besoin côté client. Nos clients, aujourd’hui, ils ont vraiment envie qu’on puisse approfondir nos diagnostics. Et besoin médical, c’était important que les vétérinaires aient les outils vraiment à la pointe de la technologie pour poser leur diagnostic et offrir ensuite la solution médicale la plus appropriée en fonction de sa pathologie. »

Savina Blot-Dollfus, directrice de la section hôpital à la clinique de Meheudin

Pour bénéficier des atouts de cette machine il faudra compter 570 euros la prestation.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.