Orne : Des producteurs de lait s’enchaînent à l’usine Lactalis

Ce mercredi 3 août, une quarantaine d'agriculteurs Ornais se sont retrouvés devant le site de Lactalis à Domfront pour s’enchaîner symboliquement aux grilles de la laiterie. Ils déplorent les prix trop bas du lait.

Un an après la crise agricole, la grogne monte à nouveau chez les producteurs laitiers. Hier soir, mercredi 3 août, une quarantaine d’entre eux ont répondu à l’appel des syndicats FDSEA et Jeunes agriculteurs et se sont réunis devant la laiterie Lactalis de Domfront. Vers 21 heures, une délégation à rencontrer la direction de la laiterie.

Les producteurs expliquent que la situation est de plus en plus difficile pour eux. Le prix du lait est trop faible, ils n’arrivent ainsi plus à faire face à leurs charges. Ils expliquent aussi que Lactalis tend à tirer le prix vers le bas, plus vite que d’autres entreprises.  Aujourd’hui, la laiterie leur achète le lait autour de 250 euros la tonne. Les producteurs réclament un minimum de 300 euros les 1 000 litres.

Après plus d’une heure de discussion avec la direction de la literie de Domfront, quelques producteurs se sont enchaînés aux grilles du bâtiment. Un acte pour symboliser leur détresse. D’autres actions sont à prévoir.

Reportage de Pierre-Marie Puaud et Suzana Nevenkic :

Ce mercredi 3 août 2016, des producteurs laitiers ornais se sont symboliquement enchaînés aux grilles de la laiterie de Lactalis à Domfront. Le prix du lait est toujours trop bas selon eux.
Intervenants :
-Anne-Marie Denis, FDSEA de l'Orne
-Hugues Gérard, Producteur de lait à Beaulandais (Orne)

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité