Cet article date de plus de 5 ans

Le maire de Dieppe défend la ligne transmanche et précise sa position sur le dossier des migrants

Invité de la rédaction de France 3 Normandie, Sébastien Jumel a précisé ses relations avec le département et la région pour défendre sa ville et la ligne de car-ferry
Maire (PCF) de Dieppe, Sébastien Jumel était l'invité ce samedi 23 avril 2016 de "La Voix Est Libre" le magazine politique de la rédaction de France 3 Normandie.
Répondant aux questions de Philippe Goudé, l'élu dieppois s'est exprimé sur la question des migrants qui arrivent de plus en plus en nombreux aux abords du terminal transmanche pour tenter d'embarquer pour l'Angleterre :

Depuis le début je dis qu'il faut agir avec humanité à l'égard des demandeurs d'asile, et nous le faisons (…) mais d'autre part j'exprime la volonté d'une vraie fermeté à l'égard des filières mafieuses."


Le maire de Dieppe a expliqué avoir contacté les services de l'Etat pour obtenir des moyens de contrôle et de prévention. "Dieppe n'est pas Calais et ne sera pas Calais" a ajouté M. Jumel qui a répété que "les passeurs ne sont pas les bienvenus à Dieppe" et qu'après avoir contacté les maires des autres ports de la Manche, il a défini des méthodes d'actions, parmi lesquelles une cellule de suivi hebdomadaire avec les services de l'Etat, qui permettra, grâce à des réunions de coordination, d'éviter que "le maire de Dieppe découvre les situations en lisant la presse".

Autre question et autre réponse : Regrouper les migrants et les héberger en les installant dans des logements au sein d'immeubles du centre de Dieppe ?
Sébastien Jumel répond sans hésiter : cette idée est "surréaliste et inenvisageable ! Parce que ce n'est pas le rôle de la ville de faire ça et puis ce serai un mauvais signal donné aux passeurs"

Quant à l'avenir de la ligne Transmanche entre Dieppe et Newhaven, Sébastien Jumel a affirmé que sur ce dossier il travaille en étroite collaboration avec le président du département de Seine-Maritime et le président de la région Normandie pour sauver et pérenniser la ligne. "Le transmanche c'est vital pour l'économie dieppoise, mais c'est vital aussi pour l'économie départementale et régionale : 350.000 touristes, 51.000 camions, c'est de l'économie directe et des emplois…"

Enfin, interrogé sur ses rapports avec les socialistes, il a répondu de façon surprenante :

Mes relations avec le Parti Socialiste local sont bonnes car il est quasiment inexistant. Ils sont en cours de reconstruction."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique migrants société immigration transports maritimes économie transports