La pêche à la coquille Saint-Jacques en Baie de Seine : ce sera le 12 novembre !

© Grégory Archiapati
© Grégory Archiapati

C'est ce vendredi matin à Bayeux (Calvados) que les pêcheurs se réunissaient pour décider de la date de l'ouverture de la pêche à la coquille Saint-Jacques à l'intérieur des 12 miles de la Baie de Seine. Ce sera le lundi 12 novembre. 

Par Aurélie Misery

Au large des 12 miles, la pêche à la coquille Saint-Jacques est autorisée du 1er octobre au 15 mai. Mais en Baie de Seine, à l'intérieur des 12 miles, c'est le Comité régional des pêches de Normandie qui décide de la date d'ouverture. Un feu vert fixé en fonction de l'état de la ressource. 

Cette année, la date d'ouverture de la campagne pour cette bande côtière est fixée au 12 novembreLa décision a été prise ce vendredi matin lors d'une réunion à Bayeux du Comité régional des pêches, à laquelle ont assisté une douzaine de patrons pêcheurs. 

Quatre débarques seront autorisées par semaine. Ecoutez Dimitri Rogoff, Président du comité régional des pêches, interviewé sur la gestion de la ressource à l'issue de la réunion : 
 

Une décision prise dans un contexte de tensions avec les pêcheurs britanniques. 

Hier encore, de "gros bateaux" britanniques auraient été aperçus au large de Dieppe. Avec le nouvel accord, s'ils sont autorisés à entrer dans les eaux communautaires de la Manche à partir du 1er novembre, ils n'ont pas l'autorisation de pénétrer à l'intérieur de la zone des 12 miles, une zone qui appartient aux eaux territoriales françaises. 

Une ressource abondante en Baie de Seine 

Le 1er octobre, au premier retour de pêche au large de la Baie de Seine, les pêcheurs exprimaient leur déception, affirmant ne pas avoir pu réaliser leur quotas de coquilles. Mais dans les jours suivants, la pêche aurait été plus généreuse. 

Une chose est sûre : la majorité des pêcheurs attend avec impatience l'ouverture de la Baie de Seine où la ressource serait très abondante, comme nous l'avait confirmé début octobre Eric Foucher, chercheur à l'IFREMER et spécialiste de la coquille Saint-Jacques. 

En revanche, pour Dimitri Rogoff, reste la question du prix de la coquille saint-Jacques. Un prix insuffisant selon lui car "la coquille se vend mal". 
 

 Le reportage de Nicolas Dalaudier 
 
 

Sur le même sujet

Réactions et mesures après l'agression homophobe de Rouen

Les + Lus