A Petit-Quevilly (Seine-Maritime), la société informatique GRISS n'emploie que des salariés autistes

Ce serait une première en France, une société entièrement organisée autour de l'emploi d'ingénieurs autistes. C'est le dossier de NormandiEco cette semaine.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L’activité de la société GRISS est centrée sur la correction des codes de logiciels informatiques. Elle offre aussi des services de migrations et de nettoyage des bases de données. Des recherches ont également démarré autour des services informatiques à destination des personnes en situation de handicap.

Toutes ces tâches demandent de l’attention au détail, une faculté de concentration sur des activités répétitives. Autant de points pour lesquels les salariés autistes asperger montrent de réelles compétences. Les deux fondateurs de la société installée à Seine Innopolis (à Petit-Quevilly, près de Rouen) ont ainsi bâti leur projet d’entreprise autour de l’emploi de personnes autistes :

(avec les interviews de :

  • Nicolas Courtellemont, Architecte réseau, systèmes et bases de données
  • Valentin Bion, Ingénieur études et développement
  • Simon Beck, Président de GRISS
  • Adeline Mazie, Directrice générale de GRISS)


Ce type de structure se retrouve dans une vingtaine de pays dans le monde, mais en France, GRISS serait la première SSII employant uniquement des salariés en situation de handicap.