Confinement et rentrée scolaire : les 2 attestations de déplacement nécessaires pour vous et vos enfants

Placée sous le signe d'un nouveau confinement, destiné à endiguer l’épidémie de coronavirus, la rentrée 2020 des vacances de Toussaint est soumise à un dispositif particulier. Deux attestations existent, l'une permanente, l'autre temporaire. Explications : 
La semaine de la rentrée tombe à un moment où le virus se met à circuler activement en Normandie, particulièrement en Seine-Maritime
La semaine de la rentrée tombe à un moment où le virus se met à circuler activement en Normandie, particulièrement en Seine-Maritime © Romain Boulanger/Maxppp
Cette fois, les habitudes des écoliers, collégiens et lycéens ne changent pas. Malgré un nouveau confinement pour lutter contre la propagation de la Covid-19, ils devront faire acte de présence dans leurs établissements dès le lundi 2 novembre pour la rentrée. Outre le port du masque et une organisation interne qui peut varier selon les possibilités des établissements, les règles seront les mêmes pour tous pour se rendre sur leur lieux d'études.

Dans un communiqué, le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, a détaillé les modalités de déplacement des responsables légaux des mineurs se rendant à l’école, ainsi que celles propres aux enfants.


Pour les parents :

Deux types d’attestation nominative pourront être présentés aux forces de l’ordre par les parents accompagnant ou allant chercher leur enfant. Il n'est pas nécessaire d'avoir les deux sur soi. L'une est plus pratique, car permanente. L'autre permet à quelqu'un d'autre de récupérer vos enfants à l'école, de manière ponctuelle (en remplissant la bonne case sur le justicatif de déplacement dérogatoire classique).
Justificatif de déplacement scolaire type pouvant servir d'attestation permanente.
Justificatif de déplacement scolaire type pouvant servir d'attestation permanente.


Pour les enfants qui se rendent seuls dans leur établissement :

 

Pour le mineur qui se rend dans son établissement scolaire, la seule production du cahier de correspondance suffit.

Extrait du communiqué du ministère de l'Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports

Dans les autres cas, si les mineurs sont autorisés à sortir seul ils doivent pouvoir présenter une attestation dérogatoire de déplacement signée par le titulaire de l’autorité parentale. Dans le cas où le mineur travaille : "il doit être muni, comme le majeur, d’un justificatif de déplacement professionnel, signé de son employeur ou, s’il n’a pas d’employeur, de l’attestation de déplacement dérogatoire", précise le ministère dans son communiqué.
   

"Nous faisons tout pour qu'il y ait une continuité du service public de l'éducation"

Cette nouvelle phase de confinement est destinée à freiner la "deuxième vague" de contaminations au coronavirus en France, où quelque 46.290 nouveaux cas ont té enregistrés dimanche, contre 35.641 la veille. 

 "Nous faisons tout pour qu'il y ait une continuité du service public de l'éducation, c'est dans ces moments-là que nous montrons que nous sommes une République forte", a assuré le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer dans son message vidéo de rentrée. 

C'est la grande nouveauté de ce reconfinement: les écoles, collèges et lycées sont ouverts, contrairement au printemps, mais seront soumis à un protocole sanitaire renforcé. Outre des limitations de déplacement à la cantine ou dans la cour de récréation, le port du masque sera dès lundi désormais obligatoire pour les élèves dès 6 ans.
    
"On a toujours rien reçu de l'école, ni sur les masques ni sur l'ouverture ou pas de la cantine, je vais lui mettre des masques chirurgicaux dans le cartable et on verra", dit Marion Lafuste, 35 ans, mère de Raphaël, scolarisé en CP à Paris, en "télétravail à 100%".
"La situation angoisse et inquiète tous nos compatriotes, donc les parents et les élèves", explique Rodrigo Arenas, coprésident de la FCPE, première association de parents d'élèves. "Les gestes barrière pour qu'ils puissent être appliqués notamment la distanciation physique, il faut massivement embaucher des enseignants comme l'a fait l'Italie, c'est la seule façon qu'on a de lutter efficacement contre la propagation du virus",
a-t-il ajouté.

Dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran a plutôt évoqué la possibilité de fermer les lycées si les mesures prises ces derniers jours pour freiner l'épidémie ne sont pas "suffisamment efficaces". "Nous adapterons les règles en fonction de ces données", a-t-il dit au Journal du dimanche.
 

Ensemble c'est mieux : émission spéciale confinement

Pour répondre à vos questions concernant la scolarité des enfants sur cette deuxième vague de confinement, Ensemble c'est mieux, notre matinale normande consacre une émission spéciale ce mardi 3 novembre. 
 
Patrice Gascoin et Anatolie Bos abordent également l'ouverture - ou pas - des commerces de proximité. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rentrée scolaire éducation société coronavirus/covid-19 santé