Réouverture des bars et restaurants : soulagement pour les exploitants et joie pour les consommateurs

C'était une annonce très attendue ! La réouverture des bars et restaurants suscite des réactions enjouées de part et d'autres. Il faudra néanmoins respecter quelques règles sanitaires pas toujours simples à mettre en place dans ce type d'établissements.
© La belle journée/a beautiful day

"Je suis ravie !" Clémence Bertin qui exploite avec sa famille le Bistro Saint Maclou à Rouen se réjouit de pouvoir enfin retrouver son bar, et ses clients !
Il faut dire que son établissement est une institution rouennaise depuis près de 30 ans, et que des générations de jeunes y ont fait la fête plus d'une fois.
 

Pendant la journée, on vient au Bistro y boire son café à l'ombre de l'église Saint-Maclou, en regardant passer les touristes qui ne manquent pas de déambuler dans cette pittoresque rue piétonne.
"Nos clients nous interpellent dans la rue, ils sont vraiment contents de nous retrouver bientôt!"

Bien sûr la réouverture de son bar nécessitera quelques aménagements, auxquels Clémence Bertin se prête bien volontiers.

On a enlevé des tables à l'intérieur et en terrasse pour respecter les distances, on va également mettre des scotchs au bar. On va aussi apposer un QR code sur chaque table pour que le client lise le menu sans qu'on ait à lui apporter.
Clémence Bertin du Bistro Saint-Maclou

 
© A beautiful day

Respecter la distance physique entre les clients

La réouverture des cafés et restaurants est donc soumis à conditions, et au respect de quelques régles sanitaires.

Des mesures pas toujours simples à mettre en place, surtout quand le café ou le restaurant est de petite taille.
Xavier Lafory exploite le Café Perdu rue d'Amiens à Rouen, un endroit chaleureux où se retrouve une clientèle d'habitués. C'est aussi un "petit" établissement d'une vingtaine de mètres carrés seulement, où l'on peut déjeuner le midi et où l'on a plaisir le soir à se frotter à son voisin. Le voisin étant souvent un ami !

Je suis mitigé sur les restrictions. Je ne m'attendais pas à l'interdiction d'être debout au comptoir. Je perds 50% de ma capacité d'accueil !
Xavier Lafory, du Café Perdu



La restauration du midi sera également restreinte à quelques couverts, ce qui pose un problème de rentabilité de l'activité.

Il faut un certain nombre de couverts pour atteindre un seuil de rentabilité. Normalement je fais une vingtaine de couverts le midi, là ce sera plutôt 10 ou 12. 
Xavier Lafory

 


Xavier Lafory a "survécu" dit il pendant ces trois mois sans exploiter son établissement. 
Heureusement il a bénéficié du fond de solidarité au titre de la crise sanitaire Covid-19, soit 1500 euros, et disposait d'une petite trésorerie qui l'a aidé à tenir.

Clémence Bertin se demande si la municipalité fera un geste pour les établissements qui dispose d'une terrasse.

On ne sait pas encore si on pourra étendre un peu la terrasse, ou si la municipalité fera un geste comme dans d'autres villes où les taxes de terrasse ont été supprimées,
Clémence Bertin

Trois personnes travaillent en temps normal au Bistro Saint-Maclou, mais il est encore difficile de savoir s'ils pourront tous retrouver leur poste, la capacité d'accueil réduite ne permettant pas d'exercer une activité à l'identique.
Le mardi 2 juin promet cependant d'être une belle journée pour tous, exploitants et clients, impatients de se prouver comme ils se sont manqués !


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société consommation économie