Val-de-Saire : la nouvelle vidéo du Goéland 1951 fait rire les restaurateurs de France

Alors que les restaurateurs espèrent rouvrir début juin, la nouvelle vidéo du "Goéland 1951" fait mouche. Ce bar-restaurant de Jonville dans le Val-de-Saire avec vue sur l'île de Tatihou, a choisi l'humour comme toujours pour faire passer le message.

La cinquième saison du restaurant de plage "le Goéland 1951" se fera... ou pas.
La cinquième saison du restaurant de plage "le Goéland 1951" se fera... ou pas. © J. Perrut
L'humour sauve de tout, ou presque. En tout cas l'équipe du bar-restaurant de plage "Le Goéland 1951" dans la Manche ne pouvait pas passer à côté de la situation scabreuse dans laquelle se trouvent plongés les quelques 200 000 restaurateurs et cafetiers de France.
 

Rouvriront-ils le 2 juin ? Si oui, dans quelles conditions ? La joyeuse équipe de cet établissement, qui a pris l'habitude chaque saison de tourner une vidéo pour faire parler de lui, ne pouvait pas cette année passer à côté du comique de la situation dramatique. 

La tribu des Houpas

Ils ont fait appel à leur copain réalisateur, le caennais Jonathan Perrut pour produire une nouvelle petite pépite balancée ce mardi 26 mai sur les réseaux sociaux. Et l'on découvre une nouvelle tribu nommée les Houpas ou "Ou pas", qui n'est pas censée rappeler une autre tribu emmenée par Emmanuel Macron, les "Et en même temps".
 
Ils ont bien rigolé en tournant ça la semaine dernière.
"Cela permet d'exorciser la situation" reconnait Pierre Jeanclaude, le gérant de cet établissement "branchouille" qui allie bistronomie, vue incroyable sur Tatihou, concert, bonne humeur et pieds dans le sable et qui a été classé dans le Top 10 des bars de plage par le journal britannique The Guardian.
 
"On n'est pas les plus à plaindre, explique-t-il, si on rouvre, avec la configuration du restaurant, on pourra faire une saison. Ce n'est pas l'espace le problème. On a 70 places à l'intérieur, 200 à l'extérieur, s'il faut tout diviser par deux, on le fera. Mais cela veut dire que de 30 saisonniers, il faudra n'en garder que la moitié." 
 

Des dérogations locales?

Mais que deviendront les concerts prévus tous les week-end de l'été ? Y aura-t-il une heure de fermeture imposée ?
 
Le Goéland 1951 propose des concerts tous les soirs des week-end de l'été.
Le Goéland 1951 propose des concerts tous les soirs des week-end de l'été. © P. Jeanclaude / Le Goéland 1951

"C'est de la faute de personne, c'est comme ça et franchement j'aimerais pas être à la place du gouvernement. Mais j'ai peur qu'avec trop de restrictions, on perde l'ADN de ce lieu. On n'est pas un restaurant classique." Et Pierre Jeanclaude espère qu'il pourra y avoir des adaptations locales. Il s'est déjà rapproché du maire de la commune pour étudier tous les adaptations possibles de l'établissement.

On a de la place, on est sur la plage. On peut imaginer des concerts dehors en respectant les distances de sécurité.
Pierre Jeanclaude - gérant du Goéland 1951-

Toute la programmation du Goéland 1951 est ici :

Une vidéo virale

En tout cas ce nouvel opus publié a été vu 15 000 fois en quelques heures et largement partagé et commenté dans toute la France, comme le montre ce post d'un restaurateur de Saou dans la Drôme.
 
Des restaurateurs de toute la France ont commenté l'humour de l'équipe du Goéland 1951.
Des restaurateurs de toute la France ont commenté l'humour de l'équipe du Goéland 1951. © FTV

Du Havre à Charleville-Mézières, en passant bien sûr par la Normandie, cette vidéo a mis en joie les acteurs de la restauration et du tourisme qui sont interdépendants.

"Ce qui est cool, confie Thibaud Bouillon, patron de L'atelier du burger à Caen, c'est de voir du ciel bleu et une terrasse. La notre est fermée bien sûr, on a envie de la rouvrir, mais surtout j'ai envie de m'asseoir et d'en profiter aussi. Il n'y a pas que le business dans la vie. Je suis comme tout le monde.

Et de rajouter qu'à quelques jours d'une possible réouverture, le mérite de ce petit film est de rappeler une chose essentielle. "Si nous, les restaurateurs, on fait la gueule et on se plaint quand ça rouvre, les clients vont nous fuir. Cette situation est galère pour tout le monde, alors adaptons nous, et rappelons que la restauration c'est avant tout un moment plaisir, un moment où on est ensemble. Il faut absolument que nous redémarrions dans cet état d'esprit."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région normandie économie coronavirus/covid-19 société cinéma culture humour sorties et loisirs mer nature spectacle vivant emmanuel macron politique vacances tourisme cité de la mer festival de tatihou musique