Un village soudé autour de son restaurant : "les gens disent : faut pas que le bistrot crève. " Ça fait chaud au cœur

À Baudre, près de Saint-Lô, les clients et les voisins ont mis la main à la poche pour que l'Incognito survive au confinement. Le bar-restaurant est le coeur battant de ce village de 530 habitants. Sa réouverture a comme un goût de retour à la vie.
Un dessin déposé dans la boîte aux lettres de l'incognito par les enfants de Baudre, pour "le super cuisto"
Un dessin déposé dans la boîte aux lettres de l'incognito par les enfants de Baudre, pour "le super cuisto" © France Télévisions
Sous le soleil printanier, la façade ocre de l'Incognito lui donne un petit air méridional qui correspond bien à la faconde de son actuel patron. Mais l'établissement en a vu de toutes les couleurs au fil de sa longue histoire. À Baudre, certains diront même qu'il a toujours été là, dans ce virage, en face de l'église, comme de bien entendu. Tout indiqué pour boire l'apéritif après l'office, sur le chemin pour avaler le café coiffé du matin, et parfait pour refaire le monde les soirs d'hiver. La salle de banquet a vu passer tous les communiants de la paroisse, et tous les jeunes mariés de la commune. Les mêmes sont sans doute revenus partager le verre de l'amitié après les inhumations.
 
Le bar-restaurant l'Incognito à Baudre près de Saint-Lô
Le bar-restaurant l'Incognito à Baudre près de Saint-Lô © France Télévisions

Jean-Philippe Chesnais est arrivé il y a vingt-cinq ans avec sa femme Micheline. Mais à l'Incognito, les clients ne connaissent que "Jean-Phi" et "la Miche". Jean-Phi est en cuisine le matin et derrière le bar l'après-midi. La Miche est en salle. Un buffet d'entrées, un poisson et deux viandes aux choix pour le plat principal : l'Incognito "fait" quarante couverts dans les bonnes journées. C'est une cantine où s'arrêtent les ouvriers qui travaillent sur les chantiers alentours, les artisans, les commerciaux de passage. On y mange (bien) à la bonne franquette. "C'est suffisant parce qu'on n'est que deux, ma femme et moi. Et puis le week-end, on fait les repas de groupe," précise Jean-Phi en saisissant le calendrier. Toutes les réservations du printemps ont été rayées, annulées.
 

"Faut faire quelque chose pour Jean-Phi !"


Quand l'Incognito a fermé, Jean-Philippe et Micheline ont été pris de vertige. La cuisine immobile, les chaises sur les tables, pas de bruit, pas d'odeur. Une vraie nature morte. "Mais quand Jean-Phi m'a dit ce qu'il devait continuer à payer, je me suis dit qu'il allait être mal le pauvre garçon," se souvient Daniel Joret. Le maire de Baudre a évidemment ses habitudes à l'Incognito. Micheline est son adjointe au conseil municipal. Avec la complicité d'une des filles du couple, il a donc lancé une cagnotte pour "gratter un peu d'argent".
 
La cagnotte "saiuvons l'Incognito"
La cagnotte "saiuvons l'Incognito" © France Télévisions


Très vite, les dons ont afflué. "Je ne sais pas combien il y a, je ne veux pas le savoir, ma fille me le dira à la fin, explique Jean-Philippe Chesnais. Mais j'ai vu des noms de clients, des habitués et des occasionnels, des habitants de Baudre. C'est émouvant. Je ne m'attendais pas à être accompagné comme ça." À une semaine du terme, la cagnotte compte déjà cent-vingt donateurs. "Toutes les associations de la commune m'ont aussi fait un chèque. Par rapport à ce qu'elles ont en caisse, ce sont de gros montants." La voix tremblante, il ajoute : "j'ai eu plein de petits mots d'encouragement. Des enfants m'ont laissé des dessins dans la boîte aux lettres. Je ne pensais pas qu'on avait autant d'importance dans la commune".
 

"C'est le coeur du village, justifie Daniel Joret. Si on n'a plus le resto, Baudre n'est plus qu'un village de Saint-Lô". La ville voisine n'est qu'à quelques kilomètres. "Les associations font leurs repas ici, le troisième âge, les anciens combattants. C'est l'endroit où l'on vient aux nouvelles. C'est le lieu de rencontre, le vrai bistrot".
 

"Je peux vous dire que les assiettes vont voler. Les clients vont se régaler !"


Avant la réouverture, Jean-Phi est gonflé à bloc. Il a imaginé un sens de circulation et une nouvelle disposition des tables afin de se mettre au diapason. Le buffet des entrées restera éteint. Les hors d'oeuvre seront désormais à l'ardoise. En cuisine, il va se démener. "Je peux vous dire que les assiettes vont voler. Les clients vont se régaler !"
 

Le coup de pouce financier permettra de faire rentrer un peu de trésorerie. Micheline et Jean-Philippe ont maintenant hâte de remettre l'Incognito sur de bons rails. "On ne prendra pas de vacances cet été. On va travailler six jours sur sept. Si on tient jusqu'en décembre, je pense que nous seront sauvés." D'ici là, ils en brûlent d'envie, l'Incognito va organiser quelque chose en septembre. Une petite fête, peut-être un apéro sur la place, pour dire merci. Pour trinquer, à la vie. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société déconfinement économie coronavirus - confinement : envie d'évasion