Report des soldes d'été : les commerçants normands mitigés

Faut-il, oui ou non, décaler les soldes d'été ? Du côté des commerçants et des associations l'avis est mitigé. D'autant plus qu'un "gouffre" semble se creuser entre les grandes enseignes qui bradent déjà et les petites boutiques indépendantes qui ne peuvent vendre à perte. 

Les soldes d'été reportés, bonne ou mauvaise idée ?
Les soldes d'été reportés, bonne ou mauvaise idée ? © Hervé Colosio / France Télévisions
Après deux mois de fermeture à cause du confinement, les boutiques rouvrent doucement depuis le 11 mai, en respectant les mesures sanitaires, et peuvent enfin présenter leur collection printemps-été. Les soldes d'été étant normalement prévus à partir du 24 juin, cela laisse peu de temps pour écouler les stocks et se refaire une trésorerie.

Le 25 mai, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit "favorable" à un report de la date du début des soldes d'été "de trois à quatre semaines".

Il faut imaginer ce que c'est quand on a une boutique de vêtements, de chaussures ou autres, et qu'on n'a rien vendu pendant trois mois, il faut pouvoir refaire sa trésorerie.
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des finances


Aucune date officielle n'a encore été annoncée mais à en croire la déclaration du ministre, les soldes d'été devraient être lancés entre le 15 et le 22 juillet

L'annonce de la date officielle devrait être connue le 28 mai à l'occasion du point du Premier ministre Edouard Philippe sur la deuxième phase du déconfinement. 

Avis mitigés chez les commerçants

Dans le centre-ville de Rouen, plusieurs cas de figures. Sur certaines vitrines, les rabais sont déjà en cours. C'est notamment le cas chez l'enseigne Bonobo, rue du Gros Horloge. Depuis la réouverture le 11 mai, c'est rabais à gogo dans les rayons : -30%, -40%... jusqu'à -50%. 

Avec les deux mois de confinement on a eu un décalage de collection. On veut déstocker pour faire de la place à la nouvelle collection. On ne voit pas l'intérêt de décaler les soldes, je n'y suis pas favorable mais on s'adaptera.

Depuis sa réouverture le 11 mai, l'enseigne Bonobo affiche déjà des rabais.
Depuis sa réouverture le 11 mai, l'enseigne Bonobo affiche déjà des rabais. © Hervé Colosio / France Télévisions


Chez Ma Petite Robe, rue Saint Lô, pas de soldes affichés. Cette petite boutique indépendante commence seulement à exposer sa nouvelle collection. 

C'est serait bien que les soldes soient retardés parce qu'on vient seulement de rouvrir. On a déjà eu deux mois compliqués, il faut qu'on travaille. On est des petits commerçants indépendants donc les soldes oui, mais plus tard. 
Christine Caron, gérante et propriétaire de la boutique de prêts-à-porter "Ma Petite Robe"


Autre cas de figure un peu plus loin. Chez Oxbo, les invendus ont été repris par l'enseigne pour être revendus dans un magasin de destockage. En boutique, ne sont présentés que les articles de la nouvelle collection. Et c'est cette collection qui sera soldée. 

"Brader maintenant ? C'est suicidaire !"

Les associations de commerçants ont demandé un report des soldes. "Une entreprise ne peut pas vivre sans marge bénéficiaire. Nous avons été fermés deux mois, sans chiffre d'affaires.", explique Philippe Despreaux, président de l'association des commerçants rouennais Rouen Shopping

Brader maintenant, c'est suicidaire ! Nous ne pouvons pas aujourd'hui remettre en place nos collections d'automne sans avoir eu une vente normale de saison... Saison que nous n'avons pas eu sur mars, avril et début mai. Donc un report de la date de démarrage des soldes est tout à fait logique.

 
"Avec nos fédérations, nous avons réclamé un report des soldes à mi-août", poursuit Philippe Despraux. "Nous devons faire vivre notre saison d'été longtemps de façon à ce que nous puissions avoir nos magasins de présents encore dans nos centres-villes à la rentrée."

"Ce serait d'ailleurs l'occasion de remettre les soldes à leur bonne date pour les prochaines saisons. L'été c'est le 21 juin, le début des soldes d'été le 24, ça n'a aucune logique." 

Un "gouffre" entre les grandes enseignes et les boutiques indépendantes

Pour Sylvie Orcier, présidente de Vitrines de Caen (Fédération des Associations des Commerçants Caennais) et gérante de la boutique de chapeaux Elle n’en fée qu’à sa tête, le report des soldes semblait être une bonne idée, jusqu'à ce que les grandes enseignes proposent de grosses démarques dès leur réouverture.

"A la base c'était une bonne idée, c'est ce qu'avait demandé la majorité des petits commerçants pour leur permettre de vendre leurs marchandises qu'ils sont encore en train de recevoir. Mais comme les grandes enseignes proposent déjà de grosses démarques, on s'interroge."

C'est la loi de la jungle ! Si vous allez en centre-ville, c'est du grand n'importe quoi ! On a des remises partout. 
Sylvie Orcier, présidente de Vitrines de Caen

"On sent un gouffre entre les grandes enseignes et les TPE. Les indépendants avaient alerté pour que les prix soient encadrés pendant les trois premières semaines de reprise, de manière à avoir des démarques n'allant pas au-dessus de 20%.  Nous n'avons pas été entendus, et on voit le résultat",poursuit Sylvie Orcier.

"Une double peine pour les TPE"

Si les grandes enseignes peuvent renvoyer les stocks invendus aux maisons maires, ce n'est pas le cas de boutiques indépendantes qui n'en n'ont pas et qui, par conséquent, sont obligées d'écouler leurs stocks. Ces dernières reçoivent seulement leurs nouvelles collections commandées avant le confinement. Elles n'ont pas pu les annuler. 

A l'heure ou nous reçevons seulement des marchandises que nous n'avons pas pu annuler et qu'il faut vendre à prix coutant, les grandes enseignes, elles, bradent déjà.
Sylvie Orcier, présidente de Vitrines de Caen

"Les franchises prennent le dessus, c'est une double peine pour les petits commerçants", poursuit la présidente de l'association Vitrines de Caen. "Les grosses enseignes pratiquent une politique très agressive en matière de démarques, chose que les petites boutiques indépendantes ne peuvent pas faire."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société économie région normandie politique fusion des régions réforme territoriale
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter