Restaurants en Normandie : lesquels peuvent ouvrir et dans quelles conditions ?

Les restaurants clandestins font la une des médias depuis quelques jours. Dernier en date, à Deauville auquel le journaliste Bruce Toussaint aurait participé. Mais au fait qu'est-ce que les restaurants ont le droit de faire ou non pendant la crise sanitaire ?

Des clients heureux du "O Deux", à Blangy sur Bresle, le seul restaurant ouvert de Seine-Maritime
Des clients heureux du "O Deux", à Blangy sur Bresle, le seul restaurant ouvert de Seine-Maritime © FranceTélévisions

Depuis leur fermeture à l'automne 2020, l'ensemble des établissements de restauration est autorisé à proposer des plats à emporter. Cela vaut par exemple pour les "paillotes" de la plage du Havre, où seule une enseigne sur deux a rouvert pour la saison 2021 avec une offre à emporter. Il leur est par ailleurs interdit de sortir des chaises ou des tables même en extérieur. Les clients se retrouvent souvent à manger sur les galets, face à la mer.

Toutefois, plusieurs cas de restaurants clandestins ont été dénoncés. Lors d'un séminaire à Deauville (Calvados), le journaliste Bruce Toussaint aurait déjeuné dans une partie commune de l'hôtel-restaurant où il résidait. Or seuls les repas en chambre sont possible dans ce cas. L'établissement dément les faits. Mais le parquet de Lisieux a ouvert une enquête pour vérifier si l'hôtel est contrevenu à la règlementation. 

Il faut vraiment bien préciser cette réglementation dans tous les établissements. S'ils sont contrôlés à déroger ou à proposer des repas clandestins, ils perdent toutes les aides de l'Etat."

Yann France, président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie du Calvados

Que risquent les restaurants clandestins ? ©19/20 Normandie

Des exceptions à la règle

En Normandie, 26 restaurants routiers sont autorisés, de 18 heures à 10 heures, à accueillir les chauffeurs, livreurs et personnels du bâtiment. Il y est possible de manger en intérieur, dans le strict respect des gestes barrière. L'objectif des autorités est de permettre aux personnes en déplacement de se restaurer dans un espace chauffé, avec mise à disposition de sanitaires. S'ajoutent également les services d'alimentation des aires d'autoroute qui restent ouverts durant les périodes de mesures sanitaires renforcées.

Liste des "routiers" ouverts en Normandie  (par arrêtés préfectoraux du 7 novembre 2020):

Calvados : 

Eure :

Manche :

Orne : 

Seine-Maritime :

Et la restauration collective dans tout ça ?

Les cantines ou restaurants d'entreprise sont autorisés à fonctionner pour simplifier la vie des salariés ne pouvant télétravailler. L'accès aux établissements doit se faire dans le respect des gestes barrières et avec des aménagements de l'activité.

Les entreprises doivent mettre en place des services décalés pour réduire le nombre de convives présents simultanément.

Les espaces doivent être réorganisés afin de permettre le respect des gestes barrières et notamment de la distanciation d’un mètre entre chacun dans toutes les situations (files d’attente, paiement en caisse …).

Tous les convives doivent disposer d’une place assise séparée de deux mètres et sans vis-à-vis par rapport aux autres clients (sauf si une paroi fixe ou amovible assure une séparation physique).

La jauge maximale est d’une personne pour 8 mètres carrés. Le port du masque est obligatoire lors des déplacements dans le restaurant.

Les objets pouvant être touchés par plusieurs consommateurs (bacs à couverts, salières, poivrières, carafes d’eau...) sont proscrits.

Cette autorisation d'ouverture fait débat. Les restaurateurs privés considèrent la dérogation faite aux restaurants d'entreprise comme une forme de concurrence déloyale. Le 11 mars, une délégation de professionnels s'était ainsi invitée dans le restaurant inter-administratif d'Alençon (Orne) pour dénoncer les conditions d’accueil des clients qui relèvent selon eux, d’une inégalité de traitement avec leurs établissements.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 santé société