Saint-Hellier (76) : le maire résolu à garder les élèves sur sa commune

L'école de ce village du pays de Bray a été rénovée. Son maire a usé de sa conviction et aussi de son pouvoir de ne pas accorder les dérogations pour la scolarisation d'élèves dans les communes voisines

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité


A la rentrée prochaine, la petite école de saint-Hellier, 450 habitants, pourra ouvrir sa classe unique. Une classe à plusieurs niveaux. 

Le maire Alain Lucas n'envisageait pas que son école reste vide. C'est, insiste t-il "un service public"en milieu rural". Plus de 200 000 euros de travaux ont été réalisés.

Garder une école avec une classe unique avec plusieurs niveaux n'est pas si simple. Des parents préfèrent scolariser leur enfant dans une autre commune. Mais les maires ont le pouvoir de ne pas signer les dérogations ou d'y poser des conditions.

Un parent d'élève, Cédric Lachèvre, conteste le refus de dérogation. Il met en avant la loi qui établit qu'il ne faut pas faire de ruptures dans la scolarité. Autre point : la séparation de la fratrie.

Une décision du sous-préfet est attendue sur les refus de dérogation à Saint-Hellier.

Reportage de M. du Mesnil-Adelée et O. Flavien