• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Saint-Wandrille-Rançon (76) : les moines se lancent dans la bière pour sauver leur patrimoine

© Stéphane L'Hôte
© Stéphane L'Hôte

Dès l'automne 2016, l'abbaye de Saint-Wandrille va mettre à la vente sa propre bière. À terme, les moines espèrent en produire près de 200.000 bouteilles par an.

Par Aurélien Deligne et ANI

Prier et brasser. Tel est et tel sera désormais le rituel des moines bénédictins de l'abbaye de Saint-Wandrille en Seine-Maritime. Après deux ans de recherches et d'expérimentations, la première bouteille devrait être vendue dès l'automne 2016.

Selon l'abbaye, elle sera "produite exclusivement avec du houblon et des céréales cultivées en France". L'objectif à terme est de remplir jusqu'à 200.000 bouteilles de 50 cl par an. Pour cela, les moines ont investi environ 800.000 euros dans deux grandes cuves de mille litres et quatre fermenteurs.

Mais les religieux espèrent bien un retour sur investissement. Fin 2014, l'idée est lancée de produire leur propre bière pour faire face au manque d'argent du monastère. À l'époque, l'abbaye venait justement de perdre son activité d'archivage numérique de documents. Mais pour que les trente moines puissent continuer à vivre entre ces murs, et que les lieux puissent être restaurés il fallait inévitablement trouver des fonds.

Une première en France

Début 2015, des travaux ont d'ailleurs débuté dans le bâtiment classé aux monuments historiques, comme le raconte le reportage ci-dessous. L'argent de la bière devrait donc contribuer, entre autres, à redonner vie au cloître datant du 14ème siècle.

VIDÉO : Reportage de Raphaël Deh et Philippe Derouet (en juin 2015) avec les interviews de :

  • Adeline Montassier, sculptrice
  • Maxime Conil, tailleur de pierre
  • Frère Lucien Magnier, responsable des visites guidées à l'abbaye de Saint-Wandrille
Restauration de l'abbaye de Saint-Wandrille


"La bière est venue assez vite dans les propositions", raconte le Frère Benoît Vachette, pour son "originalité", mais aussi parce que sa production est "compatible avec notre rythme de vie monastique très morcelé du fait des offices liturgiques". Il est d'ailleurs prévu qu'ils y consacrent deux jours par semaine pour le brassage et deux autres pour l'embouteillage.  

En Belgique le brassage de bière par des moines est beaucoup plus répandu qu'en France. Plusieurs monastères y fabriquent leur propre breuvage, comme à Chimay et à Westmalle, respectivement dans le sud et le nord du pays. Dans l'Hexagone, il est beaucoup plus difficile d'en trouver. Et pour cause. Selon l'abbaye de Saint-Wandrille, il s'agira de la première bière d'abbaye française et bénédictine.

A lire aussi

Sur le même sujet

Graines de jardin 2019 à Rouen

Les + Lus