Seine-Maritime : le nombre de contaminations dans les écoles multiplié par 10 en une semaine

Le nombre de fermeture de classes se multiplie en Normandie. Un chiffre qui devrait augmenter dès la semaine prochaine avec les nouvelles mesures annoncées pour le ministre de l'Education nationale. 

Ecole Marie Houdemare rue Beffroy à Rouen
Ecole Marie Houdemare rue Beffroy à Rouen © Olivier Couvreur / France Télévisions

Faut-il fermer les écoles en Seine-Maritime et dans l'Eure ? Depuis quelques jours, la pression monte dans les établissements scolaires où les cas de contamination se multiplient, malgré le lancement des campagnes de tests. 

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a présenté ce vendredi 26 mars les nouvelles règles qui s'appliqueront dès lundi dans les établissements scolaires des 19 départements reconfinés. Lorsqu'un cas positif sera détecté dans une classe, celle-ci fermera. Une mesure qui ne concernait jusqu'ici que les cas de variants.

"Cela aura pour conséquences plus de classes fermées", a indiqué le ministre de l'Education. Ce dernier a également évoqué la question des cantines. "C'est le maillon faible de la journée, reconnaît-il. C'est pourquoi nous avons un protocole très strict". Il précise qu'elles pourront être fermées, au "cas par cas", surtout dans les départements soumis à des mesures de confinement.

Quelle situation en Seine-Martime  ?

La situation semble assez inquiétante. Chaque jour, de nouvelles écoles sont concernées. Ce vendredi 26 mars 2021, il est encore difficile de toutes les recenser. En Seine-Maritime par exemple, et d'après des sources syndicales, les contaminations sont en train d'exploser. 

En une semaine, du 8 au 15 mars 2021, les cas auraient été multipliés chez les élèves :

"Partout dans les classes on constate de plus en plus d'absences des élèves", indique Claire-Marie Feret, secrétaire académique SNES FSU Normandie.

Le nombre de contaminations s'est considérablement multiplié dans les établissements scolaires.
Le nombre de contaminations s'est considérablement multiplié dans les établissements scolaires. © France Télévisions

Vendredi 26 mars, la préfecture de Seine-Maritime a annoncé la fermeture pendant 10 jours, jusqu'au 2 avril inclus, de l'école élémentaire Paul Bert au Havre. 16 cas de Covid-10 on été confirmés parmi les élèves, et quatre cas parmi les personnels. 

72 classes fermées en Normandie

Jeudi 25 mars 2021, 72 classes étaient fermées dans la région et 8 établissements ont fait portes closes du jour au lendemain. Si la liste complète n'a pas encore été publiée, nous pouvons citer des exemples comme le collège Maurice de Vlaminck à Verneuil-d'Avre-et-Iton et le lycée Fontenelles à Louviers, tous deux fermés depuis jeudi matin. Ces deux établissements de l'Eure seront fermés jusqu'au week-end de Pâques. La raison ? Le nombre de cas positifs s'est multiplié par 5 en une semaine. 

Autre exemple dans l'Orne, toute l'école primaire de Saint-Georges-des-Groseillers, village de 3 000 habitants, sera fermée jusqu'au 6 avril. 

Avec les nouvelles mesures annoncées par le ministre de l'Education ce vendredi 26 mars, le nombre de classes fermées dans la région devrait considérablement augmenter dès la semaine prochaine. 

Par ailleurs, 8 établissements scolaires de l'Eure et de la Seine-Maritime étaient fermés jeudi 25 mars. 

La campagne de tests a-t-elle été efficace ?

Pas vraiment. Concernant les milliers de tests salivaires qui devaient concerner les élèves de primaires et maternelles, seuls 18 000 ont été effectués dans les 5 départements. Les chiffres sont encore moins bons pour les tests antigéniques et pour les syndicats, c'est une bonne partie du problème.

La rectrice annonçait en janvier 50 000 tests antigéniques par mois dans l'Académie, ce qui signifie que nous aurions dû aujourd'hui être autour des 150 000 tests réalisés. Hier, le cabinet de la rectrice nous a informé que seuls 7 000 tests avaient été réalisés en trois mois.

Claire-Marie Feret, secrétaire académique SNES FSU Normandie

D'après la syndicaliste, tout est peut-être affaire de méthodes et de protocoles. Seules la sécurité civile ou la Croix Rouge sont habilités à faire ces tests aux enfants, à condition que les parents aient donné leur consentement, ce qui fait parfois défaut. 

Quant aux résultats, là encore, seuls les parents y ont accès et peuvent choisir de les communiquer ou pas..

Avancer les vacances de Pâques, bonne ou mauvaise solution ?

Cette mesure est à ce stade réclamée par de nombreux élus normands comme Jérôme Pasco, le maire de Conches-en-Ouche dans l'Eure par exemple. 

Mais cette mesure ne semble pas faire l'unanimité dans le corps enseignant qui y voit une aggravation des difficultés scolaires accumulées par beaucoup d'enfants. Un retour de l'enseignement à distance ne serait pas toujours au point. 

"Nous souhaitons depuis le début tout mettre en oeuvre pour garder les écoles ouvertes. On craint d'arriver à ce stade. Ca marquerait l'échec de la mise en place des mesures sanitaires pour les garder ouvertes", explique Claire-Marie Feret, secrétaire académique SNES FSU Normandie.

La fermeture des écoles, efficace pour lutter contre la circulation du Covid-19 ?

Selon une étude suisse publiée début janvier 2021, la fermeture des écoles dans le pays au printemps dernier a permis de réduire fortement "la mobilité de 21,6%", et donc la circulation du Covid-19. 

"Notre analyse confirme que la fermeture des écoles est une mesure qui permet de réduire la vitesse de circulation du virus par la réduction des déplacements", explique Stefan Feuerriegel, professeur d'informatique et gestion à l'École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Les scientifiques estiment que cette mesure a entraîné une diminution du nombre de cas de coronavirus d'environ un cinquième.

De son côté, le Premier ministre français Jean Castex a fait savoir que la fermeture des écoles ne serait envisagée qu'"en dernier recours". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement