Confinement - coronavirus : quel impact sur les aides alimentaires?

Quel est l'impact du confinement sur la distribution alimentaire aux plus démunis ? Au Havre et sur la pointe de Caux, la Banque Alimentaire a du fermer provisoirement son entrepôt et des associations humanitaires comme les Restos du Coeur commencent à manquer de bénévoles. 

les bénévoles de la Banque Alimentaire du Havre
les bénévoles de la Banque Alimentaire du Havre © Banque Alimentaire du Havre
Depuis le début de la crise du Coronavirus, les plus démunis sont aussi en première ligne. Avec les mesures de confinement, de nombreux bénévoles qui font habituellement tourner les associations humanitaires sont frappés eux aussi par l'interdiction de sortir. 

Résultat, dans certains bassins de vie normands comme sur la baie de seine notamment, la situation est devenue critique ces dernières heures.
A tel point que la direction locale de la Banque alimentaire du Havre et de la Pointe de Caux a pris la décision de fermer temporairement son entrepôt principal situé au Havre, boulevard Jules Durand.

Selon Jean Tréger, chargé de communication sur place, les 7 salariés et la centaine de bénévoles qui s'y relaient d'ordinaire, ont eux aussi scrupuleusement respecté les instructions de confinement, "d'autant plus importantes que de nombreux bénévoles, souvent retraités, appartiennent aussi à la population la plus à risque." 


Notre entrepôt de 2000 m2 contient encore beaucoup de denrées alimentaires mais de nombreuses associations locales comme nos voisins des Restos du Coeur, sont elles aussi pour l'instant fermées et en attente d'instructions." 

 
Les bénévoles de la Banque Alimentaire du Havre
Les bénévoles de la Banque Alimentaire du Havre © Banque Alimentaire du Havre

Au Havre, cette agence de la Banque Alimentaire fournit habituellement 33 associations humanitaires, dans un triangle compris entre la Cité Océane, St Valéry en Caux et Notre Dame de Gravenchon. 
Près de 13 000 bénéficiaires peuvent ainsi se nourrir gràce à leurs distributions.

Un service minimum dès lundi prochain 

Mais, à priori, cette situation critique ne devrait pas durer trop longtemps. En accord avec le siège national de la Banque Alimentaire, un service minimum pourrait être assuré dès lundi prochain 23 mars. Des contacts sont en ce moment pris avec les associations locales pour connaître plus exactement leurs besoins immédiats. 

Les bénévoles sont eux aussi sollicités mais uniquement sur volontariat et avec toutes les précautions imposées actuellement.

Toutes les agences ne sont d'ailleurs pas dans la même situation. La Banque Alimentaire de Rouen par exemple n'a pas fermé ses portes ni ses entrepôts. 

Néanmoins, pour parer au plus pressé, le président national du réseau des Banques Alimentaires, Jacques Bailet demandait ce matin, sur les antennes de France Info, au gouvernement une dérogation aux mesures de restrictions des déplacements.

"Ce que j'attends du gouvernement, c'est un peu d'imagination, car actuellement des étudiants ou des gens sont chez eux alors qu'ils pourraient très bien venir nous donner un coup de main, par exemple deux heures tous les deux jours, sur la base du volontariat bien sûr et en respectant les règles de sécurité. Cela nous permettrait de combler les absences dans notre organigramme", déclare Jacques Bailet.

 


Les Restos du Coeur se réorganisent 

De leur côté, les associations directement en prise avec les bénéficiaires comme les Restos du Coeur doivent elles aussi s'adapter à cette situation inédite. 

Depuis ce mardi midi, leurs portes sont souvent closes et elles doivent faire face à la pénurie de bénévoles, confinés chez eux.
35% d'entre eux ont plus de 70 ans, avec des soucis de santé. Il s'agit donc pour l'association de les préserver en priorité. 

Le délégué régional de normandie pour les Restos du Coeur lance ainsi un appel "aux étudiants dont les universités sont fermées et aux bénévoles en disponibilité professionnelle temporaire de venir renforcer les rangs quelques heures ou quelques jours." 
 
Itw Gérard Donot délégué régional normandie restos du coeur ©France 3 Normandie

Des modes de distributions adaptés

Dèsormais, la distribution directe aux bénéficiaires ne sera plus la règle mais des colis alimentaires seront privilégiés en distribution indirecte aux portes des centres. 
Et d'ores et déjà, une certaine continuité du service est assurée dans certains endroits comme dans l'Eure à Evreux, ou à Caen dans le Calvados. 

Progressivement, les distributions vont donc reprendre et elles seront affichées dans les centres concernés. 

 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société solidarité alimentation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter