Départementales 2021 : pourquoi les Archives départementales sont les gardiennes de la mémoire citoyenne et politique

Elles font partie intégrante des missions de chaque département et sauvegardent les témoignages historiques de son territoire. Les archives départementales sont aussi une des principales sources de recherche des généalogistes. Plongée au coeur d'un service qui fait tout pour garder la mémoire.  

On y pense pas toujours, mais elles appartiennent pourtant au patrimoine collectif et sont accessibles à toutes et tous dans chaque département. Les Archives sont un service public indispensable pour entretenir la mémoire citoyenne. Gérées et financées par les départements, elles collectent et conservent précieusement toutes les traces et les documents électoraux des scrutins passés, ainsi qu'un exemplaire de tous les bulletins d'information des collectivités locales, sous forme papier et électronique.   

La définition exacte des archives 

D'après la définition inscrite dans la loi du 3 janvier 1979,  « les archives sont l’ensemble des documents quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale, et par tout service ou organisme public ou privé, dans l'exercice de leur activité. »

Mais depuis 1796, elles doivent être réunies dans le chef lieu de chaque département comme à Rouen où elles ont été pendant des années stockées dans la célèbre "tour des archives ", au sein du batiment du Conseil Départemental, sur les quais rive gauche.  

Les services des Archives départementales poursuivent donc quatre missions principales : collecter, conserver, classer et communiquer.

Une collecte de documents publics et privés 

Les services d'archives effectuent une collecte permanente de documents, principalement d'origine publique :

– des documents qui procèdent de l’activité de l’Etat, des collectivités locales, des établissements et entreprises publics , c’est-à-dire les archives de la Préfecture et des services extérieurs de l’Etat, les archives du Conseil général, les archives communales déposées par les mairies ;

– des documents qui procèdent de l’activité des organismes de droit privé chargés de la gestion des services publics ou d’une mission de service public ;

– des minutes et répertoires des officiers publics et ministériels. Il s’agit notamment des minutes et répertoires de notaires versés après un délai de 100 ans.

Mais les Archives départementales sauvegardent également des documents d’origine privée :

Papiers de familles, archives d’entreprises, notes d’érudits ou de scientifiques, archives d’associations viennent enrichir les fonds, dès lors qu’ils intéressent l’histoire du département. Ils constituent un complément essentiel aux archives publiques pour les chercheurs. L’acquisition d’archives auprès de particuliers ou lors de ventes publiques sont également possibles au vu de leur intérêt futur pour la mémoire collective. 

Des documents peuvent également être remis aux Archives départementales gratuitement par voie de don, de legs, ou de dépôt.

Une conservation très précieuse 

Les Archives départementales de la Seine-Maritime possèdent par exemple un atelier de restauration des documents. Les archives soumises à une restauration sont celles répertoriées comme les plus fragiles et menacées de disparition, Elles appartiennent souvent à la catégorie de celles qui sont fréquemment consultées et donc souvent manipulées, notamment pour des recherches utiles en généalogie. 
Parallèlement, il faut régulièrement vérifier que des conditions optimales de conservation des archives sont bien assurées. La conservation préventive consiste aussi à éviter la dégradation des documents en luttant contre leurs ennemis : humidité, lumière, mauvais conditionnement, attaques biologiques et manipulations.

Un classement très précis

Pour être accessibles, les archives doivent avant tout être classées et inventoriées. Le principe de base du classement des archives est appelé "respect des fonds". Le fonds d'archives est un ensemble de documents qui résulte de l'activité d'une personne physique ou morale. Les fonds sont répartis dans un cadre de classement, identique pour toutes les Archives départementales, en fonction de leur provenance et de la période concernée.

Une communication très ouverte 

Les archives sont accessibles à des publics très variés : administrations, citoyens en quête de preuves, historiens et généalogistes amateurs ou confirmés et grand public manifestant un goût pour l'Histoire.
Les Archives départementales valorisent également leurs fonds grâce à des programmes de numérisation des collections, par le biais d'expositions et publications.
Le service éducatif des Archives accueille de nombreux élèves pour des séances de travail sur des documents originaux ou des parcours pédagogiques au sein des expositions temporaires.

Une mine d'or pour les généalogistes 

Depuis leur création, les réserves d'archives conservées constituent les sources principales d'informations pour tous les passionnés de généalogie. Avec la crise sanitaire, certaines vocations ou subites envies de recherches sur le passé familial se sont accrues. Mais en raison de la fermeture administrative des lieux, les Archives ont du s'adapter pour mieux communiquer et renouer avec leur accessiblité. En Seine-Maritime, par exemple, une nouvelle formule participative sur le net a été imaginée et lancée tout récemment. pour tous ceux qui ne savent pas par où commencer pour enrichir l'histoire familiale. Un atelier en visio-conférence est donc proposé gratuitement aux grands débutants le samedi 12 juin à 14h. Il suffit de s'inscire à mediation.archives@seinemaritime.fr et rapidement car le nombre de places est limité. 

A l'occasion de la journée internationale des Archives , le 9 juin dernier, des animations et des concours ont aussi été organisés pour que le public puisse renouer avec cette tradition de mémoire collective et citoyenne, capitale pour la conservation patrimoniale. 

Pour les passionnés d'Histoire, des visites guidées de l’exposition  « Rouen retrouvée : une ville du Moyen-Âge à la Révolution » sont aussi organisées au Pôle culturel Grammont :

vendredi 18 juin à 14h30 et mardi 6 juillet à 14h30. Inscriptions à mediation.archives@seinemaritime.fr. 

 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité