A Dieppe, le collège Braque se mobilise pour sauver deux classes menacées de fermeture

Publié le

Les actions se multiplient dans l'établissement scolaire dieppois.

Ce samedi matin, les cours se faisaient en extérieur, malgré la pluie au collège Georges Braque de Dieppe (Seine-Maritime). A la rentrée 2022, l'établissement doit perdre deux classes, une de sixième et une de quatrième. Les parents d'élèves se mobilisent pour faire reculer l'Education nationale. Ils considèrent que les effectifs sont déjà importants. Des professeurs et le proviseur de l'établissement les rejoignent dans leur lutte au mot d'ordre "Non aux fermetures de classes".

L'établissement compte 426 collégiens. En cas de fermeture, le nombre d'élèves par classe de sixième et de quatrième passerait à près de 30. Dans les autres niveaux, il y a 25 enfants par classe. Le collège accueille en outre 14 jeunes en situation de handicap. Ils bénéficient d'un accompagnement spécialisé mais leur présence nécessite une plus grande attention de la part des enseignants.

Le collège Braque est un collègue qui devrait être en éducation prioritaire. On a été exclu en 2014, mais il a le profil pour être classé en REP+, comme certaines écoles, notamment l'école Sonia Delaunay à Dieppe. La fermeture de deux classes va dégrader les conditions de travail et d'apprentissage. On ne lâchera pas. D'autres actions sont prévues, comme camper devant le collège. Parents, enseignants et AESH sont déterminer pour pouvoir gagner sur les fermetures de classe.

François-Xavier Durand, secrétaire départemental CGT Educ Action

A Dieppe, mobilisation contre des fermetures de classes au collège Georges Braque ©C. Heudes

La mobilisation se déroule également sur les réseaux sociaux.