A Dieppe, les coquilles Saint Jacques sont belles pour ce début de saison

Depuis le 3 octobre, la pêche a la coquille Saint Jacques est à nouveau ouverte. Ce début de saison s'annonce positif à Dieppe.

Elle se consomme dès l'automne en Normandie. La coquille Saint Jacques fait partie du patrimoine gastronomique régional. Et le début de saison 2021 s'annonce bon avec des ressources en nombre et de bonne qualité.

On a déjà de la rogue qui commence à être apparente. La coquille est déjà belle avec de belles noix. C'est un beau produit pour ce début de saison."

Brice Fontaine, crieur à la Criée de Dieppe

La saison de la coquille est importante pour l'économie de la pêche dieppoise et plus largement normande. Il s'agît d'un produit vendu en général à bon prix, et qui permet des rentrées d'argent en fin d'année. C'est aussi une période très réglementée pour éviter l'épuisement des stocks en Manche.

Dans l'ensemble, ce n'est pas trop mal. C'est bien géré. La part est belle, les prix sont corrects. On est content du départ pour l'instant."

Baptiste Lacroix, patron du bateau "Mon Aventure"

La saison a démarré le lundi 3 octobre et pour le moment, les bateaux ont droit à trois quotas de deux tonnes par semaine. 

Si les réserves sont importantes et le produit de qualité, la météo peut jouer des tours à certains pêcheurs.

Il y a du mauvais temps et ce qui est embêtant c'est que vous n'avez que quatre jours pour faire votre quota. En sachant que les petits bateaux ne peuvent pas sortir avec des grandes marées et des vents de force 6 à 7, il faudrait nous laisser faire notre quota sur cinq jours par semaine."

Levy Leblanc, patron du "Ma Victoire"

VIDEO : à la découverte des manèges de la foire Saint-Romain 2018 sur la presqu'île Saint-Gervais avec JB. Pattier et S. L'Hôte

La criée de Dieppe, lieu de vente de "l'or blanc"

Ce vendredi 7 octobre, une quinzaine de bateaux dépose leur cargaison de coquilles Saint Jacques. Au total, 35 tonnes de coquillages seront vendues dans la matinée. Le prix varie en trois et quatre euros le kilogramme. "C'est un bon prix" explique Sophie Reine, propriétaire d'une poissonnerie. Sur ce point-là, les pêcheurs estiment eux-aussi que c'est un prix honorable pour un début de saison. Les cours s'envoleront à l'approche des fêtes de fin d'année, période où les Saint Jacques sont les stars incontournables de tout repas.

En attendant l'ouverture de la zone Baie de Seine

Pour l'instant, seule la partie du littoral normand située au-delà des 12 milles nautiques est ouverte pour la pêche à la coquille. La Baie de Seine, zone considérée comme plus riche mais aussi plus sensible n'ouvrira qu'à partir de la fin novembre sur une période plus courte. Cette zone produit la coquille Saint-Jacques Label rouge, une Pecten Maximus. Elle présente "une noix charnue, d'une blancheur nacrée presque translucide et un corail d'un bel orangé. Son goût est plus fin, elle présente des saveurs plus sucrée" précise le site du Ministère de l'agriculture.

Pour rappel, la saison ne s'étale jamais plus de sept mois et demi, pour permettre à l’espèce de se renouveler. Une coquille Saint-Jacques arrive à maturité sous 2 à 3 ans. Les dragues, seul engin autorisé pour la capture, sont équipées d’anneaux d’un diamètre minimum pour laisser les coquilles trop petites sur le gisement.

L’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) surveille chaque année les stocks grâce à des campagnes d’évaluation. Le ministère en charge de l'alimentation vérifie quant à lui régulièrement la qualité sanitaire des coquillages.

La Normandie est la première région française de pêche de coquilles Saint-Jacques. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie tradition culture