Transmanche : 142 postes bientôt supprimés à Dieppe et à Calais

C'est un coup dur pour les salariés de DFDS France. La compagnie vient d'annoncer le licenciement de 142 personnes à Dieppe et à Calais.  Des suppressions de postes directement liées à la crise du coronavirus, selon la direction.

© France 3 Normandie


Le couperet est tombé le 5 août. Dans un communiqué , la compagnie de ferry DFDS annonce " plusieurs mesures de réduction des coûts pour s'adapter aux nouvelles conditions du marché provoquées par la pandémie du Covid-19. "

Il y a un mois, DFDS avait déjà annoncé que cette crise engendrerait la suppression de 650 emplois en Europe. La crise sanitaire a en effet entrainé une chute colossale du trafic passagers.  Après le confinement, la quarantaine imposée jusqu'au 28 juin par les autorités britanniques avait considérablement refroidi la clientèle anglaise et française.
En juin, on comptait jusqu'à 95 % de passagers en moins sur la ligne Dieppe-Newhaven.

Un chiffre qui avait alerté le député normand Sébastien Jumel. Il avait, dès le mois de juin, tiré la sonnette d'alarme. Il demandait le soutien des pouvoirs publics en expliquant  :

 "De Dunkerque à Roscoff, en passant par Dieppe ou Le Havre, Caen-Ouistreham et Cherbourg, le lien maritime transmanche c'est 20 000 emplois, 1,5 milliard d'euros réinjectés dans l'économie touristique par les Britanniques qui viennent profiter de la France".

Malgré la levée de la quarantaine, la fréquentation a continué de baisser en juillet. En cause : la frilosité des touristes, mais aussi les modalités d'accueil sur les navires, qui ont dû mettre en place un protocole sanitaire strict.  A Dieppe, la compagnie maritime propose 3 rotations quotidiennes entre la France et l'Angleterre, à bord du Seven sisters et du Côte d'Albâtre. Les deux bateaux  accueillent deux fois moins de passagers qu'à l'ordinaire, 300 au lieu de 600, en raison des nouveaux protocoles sanitaires. 

Pour l'heure, la direction de DFDS France n'a pas communiqué sur la répartition des suppressions de postes sur les bases de Dieppe et Calais.

Mais selon nos informations, le site de Dieppe serait moins impacté que celui de Calais. Seuls des postes à terre seraient concernés par les licenciements. 

Syndicats et direction sont d'ores et déjà réunis autour de la table pour étudier ces propositions de réduction des effectifs à bord de ces navires.

La compagnie précise qu 'en Angleterre, "79 postes sont concernés sur les navires britanniques de la société et dans ses bureaux" .

En France "un total de 142 postes sur les quatre navires français, sur le port de Calais et dans les bureaux DFDS à Calais et Dieppe sont affectés."
 
La direction précise dans son communiqué :

« Nous regrettons beaucoup d’en arriver là. De nombreux collègues ont travaillé dur dans des conditions difficiles pour maintenir l'activité et aider nos clients. Mais les effets continus de la pandémie du Covid-19 et la baisse de la fréquentation des passagers sur toutes les lignes ont rendu nécessaire la modification de la structure de l'entreprise pour réduire les coûts et protéger les emplois à l'avenir » déclare Kasper Moos, vice-président et responsable des lignes du DFDS sur la Manche."
 

 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transmanche international économie coronavirus/covid-19 société social