• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Haute-Normandie : une cliente imagine une escroquerie originale au ticket de caisse

© Laurent Lagneau
© Laurent Lagneau

Une femme de 26 ans a été interpellée dans un magasin Lidl, près de Rouen. Elle utilisait une méthode simple pour se faire rembourser 2 fois ses articles achetés dans plusieurs magasins de la marque, en Normandie et en Picardie.

Par Didier Meunier

Les policiers de l’agglomération de Rouen ont mis fin lundi 15 juin à un stratagème illicite mais visiblement simple et efficace. Une habitante de Compiègne, dans le département de l’Oise, âgée de 26 ans, a escroqué plusieurs magasins Lidl de Seine-Martime, de l’Eure - mais aussi de la Somme - en répétant à plusieurs reprises sa technique de fraude. 

Un mode opératoire en 3 temps

Après avoir acheté un article de matériel électrique ou de bricolage, la jeune femme recevait un ticket de caisse correspondant à son achat. Une fois sortie, elle déchirait le ticket, revenait au magasin pour s’y faire remettre un duplicata. Jusque là : rien d’anormal. En possession des 2 tickets (un déchiré et un duplicata), l'escroquerie pouvait démarrer. 

La cliente se présentait dans un premier magasin de l’enseigne le produit en main pour se faire rembourser… une première fois.

Dans un troisème temps : elle entrait dans un autre magasin Lidl, sans achat, prenait discrètement le même article avant de se diriger vers les caisses. Là : elle réclamait à nouveau le remboursement de l'article, en présentant le duplicata cette fois. Le personnel de caisse procédait naturellement à un deuxième remboursement. 

Démasquée par le personnel alerté​

Cette technique a été observée et analysée, après coup, par l’enseigne marchande. L’alerte a pu être donnée au personnel mais aussi aux policiers.
Lundi 15 juin, dans le Lidl de Bois-Guillaume, près de Rouen, c’est donc face à un personnel vigilant et informé que la voleuse se présente, vers 18 h30. Cette fois : elle ne parviendra pas à se faire rembourser des deux perceuses et du matelas de massage, achetés à Pîtres dans l’Eure. Son stratagème s'arrête là.

Placée en garde à vue, la jeune femme a nié les faits.

Sur le même sujet

Stéphane Bern lance les Journées du patrimoine - septembre 2019

Les + Lus