Au Havre, les silos céréaliers cèdent leur place à une usine d'éoliennes

Désaffectées depuis 2003, ces immenses tours à grains, situées quai Hermann-du-Pasquier sur le port du Havre, sont en cours de démolition depuis le 23 novembre dernier.
Destruction en cours depuis le 23 novembre 2020 au port du Havre (image extraite d'une vidéo)
Destruction en cours depuis le 23 novembre 2020 au port du Havre (image extraite d'une vidéo) © FTV
Cela représente près de 50 000 tonnes de béton à démolir et à évacuer. Un chantier colossal qui va durer 8 mois, s'étalant jusqu'à la fin du premier semestre 2021.

C'est la technique dite du « grignotage » qui a été retenue. Plusieurs grues, dont l'une des plus grandes de France pesant 180 tonnes, grattent progressivement les immenses tubes de stockage.

Une technique moins rapide que le dynamitage sans doute. Mais la seule possible en raison de la proximité d'autres infrastructures, qui doivent être conservées, à savoir les quatre silos à sucre de l'entreprise Sucre Océane.

Transition vers une nouvelle époque

L'objectif de ces travaux est de libérer de la place pour la construction de la future usine d'éoliennes de Siemens Gamesa.

C'est la transition vers une nouvelle époque. Cette destruction s'inscrit dans la reconfiguration du port ancien pour aller vers de nouvelles activités.

Kris Danaradjou, directeur général adjoint Haropa port du Havre

Au Havre, les silos céréaliers cèdent leur place à une usine d'éoliennes

Un chantier d'1,8 millions d'euros

« La déconstruction de ces silos va permettre de gagner 20 000 m2 et de déplacer de l'est vers l'ouest l'activité de stockage de Sucre Océane. Nous allons ainsi gagner des terrains qui seront dédiés à l'usine de fabrication d'éoliennes » poursuit Kris Danaradjou du Port du Havre.

Le coût de l'opération est estimé à 1,8 millions d'euros. Il s'inscrit dans un plan d'investissement plus vaste de 120 millions d'euros pour accueillir l'activité éolienne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ports économie écologie environnement