Au Havre, le visage tuméfié elle se réfugie avec ses enfants dans la voiture d'une amie

Publié le Mis à jour le
Écrit par ADV

Dans la nuit de vendredi 22 mars au samedi 23 mars, la police a été appelée sur les hauteurs du Havre. Une femme a été violemment frappée par son conjoint. A l'arrivée des policiers, il les a menacés.

Vers 1h05 du matin, le samedi 23 mars, la police du Havre est appelée pour intervenir rue Gérard Philipe, dans le quartier de Caucriauville. C'est la victime elle-même qui aurait réussi à avertir la police.



A leur arrivée les forces de l'ordre découvre une femme de 36 ans, le visage tuméfié et les lèvres ensanglantées. Elle explique que son conjoint, un homme de 20 ans vient de s'en prendre à elle violemment. Il l'a frappée et a tout saccagé dans leur appartement. 

 

La jeune femme réussit a quitter les lieux avec ses deux enfants, une fillette de 12 ans et un garçon de 10 ans. Les enfants auraient peut-être aussi été victimes de violence car ils auraient tenté de défendre leur mère. Aucune trace de coups n'a été retrouvée sur eux pour le moment.

A leur sortie de l'immeuble, la victime et ses petits se réfugient dans le véhicule d'une amie stationné sur le parking.

L'homme les suit de loin et arrivé sur le parking, essaye d'atteindre sa victime dans la voiture en pliant la portière passager.



Après avoir écouté le récit de la victime, les policiers tentent alors d'interpeller l'homme violent dans le domicile conjugal. Il vient rapidement à leur rencontre poings serrés et menaçant. Pour le maîtriser, les forces de l'ordre utilisent un pistolet à impulsion électrique. L'homme est menotté et placé en garde à vue à l'hôtel de police du Havre.

 

L'homme aurait refusé tout contrôle d'alcoolémie à son arrivée au commissariat.

L'enquête en cours déterminera s'il était sous l'emprise d'alcool et/ou de stupéfiants au moment des faits.



 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité