CARTE. Où se trouvent les sept sites industriels « clés en main » retenus en Normandie

Pour favoriser l’installation des industriels sur des sites existants, le gouvernement a mis en place un dispositif « sites clés en main France 2030 ». Sept sites ont été retenus en Normandie, principalement en Seine-Maritime.

Faire du neuf avec de l’ancien puisque telle est la tendance, le ministère de l’Industrie promet avec ce dispositif une requalification des friches industrielles. Plus de la moitié des sites retenus à l’échelle nationale (30) s’inscrivent dans une logique de recyclage foncier.

Dans le cadre du projet de loi Industrie verte, le dispositif « sites clés en main France 2030 » vise à faire sauter les verrous de la réindustrialisation : c’est-à-dire "accélérer la mobilisation d’un foncier industriel de qualité, dans un contexte de sobriété foncière".

S'installer plus rapidement sur des friches industrielles

Ce dispositif vise à identifier et labelliser des sites à fort potentiel de développement industriel, mais aussi à les accompagner pour assurer leur caractère « clés en main ».

La démarche de simplification des installations d’usines est actée : les délais sont d’ores et déjà passés de 17 à 13 mois, pour atteindre neuf mois dès 2025.

Du recyclage foncier

Dans le Calvados, c’est la friche Saint-Louis Sucre de Cagny et ses 33 hectares qui ont été retenus. Fermée depuis 2021, la sucrerie Saint-Louis aura été présente 70 ans dans le paysage du Calvados.

En Seine-Maritime, c’est l’axe Seine qui a été privilégié avec des sites appartenant à Haropa-Port.

Près du Havre, à Gonfreville-L'Orcher, c'est le site industriel Sud Grand Canal de 54 hectares qui est visé. Cet ancien complexe cimentier se trouve sur la zone industrialo-portuaire et présente de nombreux réseaux existants : eaux potables et industrielles, électricité, gaz, vapeur.

Côté Est de la zone portuaire, le site industriel Ouest A29 de 50 hectares est également concerné. Côté Ouest, l’usine Total d’Oudalle de 16 hectares où étaient produits des solvants hydrocarbonés est également sélectionnée.

 Aux portes de Rouen et toujours propriétés d’Haropa Port, les sites de MTV (ex-Cipha) de 75 hectares situés à Grand-Couronne et l’ancien site Renault CKD de Moulineaux (60 hectares) ont également obtenu le label « Clé en main ».

Dans une vidéo de 2021, le géant portuaire vantait les avantages de ces deux sites, notamment l’avantage fiscal. La Métropole Rouen Normandie a porté la taxe d’aménagement à 1 % pour ces sites :

 

À Oissel, la friche Sco/Yara (filiale de Total) s’étend sur 41 hectares. Elle est située sur la ZAC de la Sablonnière où des travaux de dépollution ont commencé dès 2021.

Un chèque en blanc aux industriels ?

Cet assouplissement et surtout la réduction des délais d'installation des industriels interrogent une partie des politiques locaux, notamment les écologistes.

Sollicité sur ce sujet, Cyrille Moreau, conseiller municipal (EELV) à Rouen s'en inquiète : "On nous dit : faites nous confiance, rassurez vous ca sera de l'industrie verte, tout va bien ! Mais le risque de réduire les délais, c'est que les maires, les citoyens, les associations de protection de l'environnement et de la santé humaine ont moins le temps de prendre connaissance du dossier et de préparer leurs arguments".

Selon lui, cela permet à "certains industriels de passer en force". "Comme l'État n'a pas tenu ses promesses après la catastrophe de Lubrizol : celle de renforcer les inspecteurs de la DREAL. À force de simplifier, à force de réduire les moyens de contrôle, on met en danger les personnes et l'environnement", conclut-il avec inquiétude.