Ce qu'il faut savoir sur la prise d'otages dans une banque au Havre

Une prise d'otages d'environ 6 heures a eu lieu, jeudi 6 août 2020, en plein centre-ville du Havre. Un homme armé a fait irruption dans un établissement bancaire, la BRED, boulevard de Strasbourg, vers 16h45. Il a été interpellé vers 23h. Aucun blessé n'est à déplorer. 

Un policier de Seine-Maritime avec gilet pare-balle et pistolet mitrailleur – Archives
Un policier de Seine-Maritime avec gilet pare-balle et pistolet mitrailleur – Archives © Laurent Lagneau / France 3
Après 6 heures cauchemardesques, fin de la prise d'otages. L'homme de 34 ans qui a séquestré 7 personnes en plein centre-ville du Havre a été interpellé un peu avant 23h, jeudi 6 août 2020.

Après avoir libéré tous ses otages, l'homme s'est rendu de lui-même et aucun coup de feu n'a été tiré.
 
Retour en images sur la prise d'otages à l'intérieur de la BRED au Havre

Revendications particulières

Vers 16h45, l'homme a fait irruption dans une banque, la BRED, boulevard de Strasbourg. A l'intérieur, 7 personnes dont des membres du personnel et des clients. L'un d'entre eux réussit à s'échapper et les 6 autres otages sont libérés petit à petit dans la soirée. 

Selon une source policière, l'homme ne demandait pas d'argent, mais avait des revendications particulières qui restent encore floues au lendemain de la prise d'otages. Il demandait entre autre un deux roues pour s'enfuir et a mentionné la situation des enfants palestiens "retenus en Israël". 

En 2013, il avait mené une prise d’otage similaire sans faire de blessés dans une banque parisienne. Même mode opératoire à l’époque : muni d’une arme à poing, le ravisseur demandait un logement social pour son fils handicapé et lui.
 

Connu des services de police

L'individu est connu (...) pour des faits de délinquance de droit commun que je qualifierais de graves assortis de différentes condamnations. Il était également connu pour des antécédents psychiatriques et il était connu, enfin, au titre de la radicalisation par la préfecture de Seine-Maritime.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

L’homme aurait vécu plusieurs années au Havre, sa famille y vit toujours. Elle est actuellement interrogée pour savoir entre autre si la piste terroriste se confirme.

L'ancien Premier ministre et maire du Havre, Edouard Philippe, s'est dit "fier et reconnaissant" du travail des services de l'Etat et plus particulièrement des forces de l'ordre. 
 
Le parquet du Havre s'est saisi de l'enquête afin de déterminer les motivations du ravisseur. Les otages ont été entendus jusque tard dans la nuit. Le malfaiteur a été placé en garde à vue pour une durée maximum de 48 heures.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité