Coronavirus : Au Havre une mère de famille instaure une relation épistolaire entre ses jumeaux de 5 ans et leurs amis

Pour maintenir le lien entre ses enfants et leurs camarades de classe, une mère de famille se fait dicter des lettres et les dépose dans la boîte-aux-lettres de leurs copains. 
Au Havre, Camille et Soren, 5 ans, ont écrit quatre lettres à leurs camarade d'école depuis le début du confinement.
Au Havre, Camille et Soren, 5 ans, ont écrit quatre lettres à leurs camarade d'école depuis le début du confinement. © Droits réservés
« Je vais bien, je te verrai après le virus, il s’appelle Covid-19 ». Voici un extrait d’une lettre de Camille, 5 ans. Depuis le début du confinement il dicte des lettres à sa mère, avec son frère jumeau, Soren. Les courriers sont destinés à leurs copains d'école au Havre. 

Ils racontent leur quotidien, un dessin animé qu’ils ont vu dans la journée, des choses très concrètes. Moi j’écris et je dépose les enveloppes au passage dans la boîte aux lettres de leurs copains quand je vais faire des courses de produits frais. 
Nolwenn, mère de famille. 

 
Chaque lettre est accompagnée d'un dessin des jumeaux.
Chaque lettre est accompagnée d'un dessin des jumeaux. © Droits réservés

Les trois amis des garçons habitent au bout de la rue. Nolwenn peut donc facilement déposer les enveloppes.   

L'idée est venue avec les autres parents d'élèves. On s'est dit que cela leur permettrait de garder des liens qui sont forts. On sent que leurs amis leurs manquent. Et en même temps ça donne un objectif à leurs travaux de création .
Nolwenn, mère de famille. 


Prévenus par sms, les parents attendent 24 heures avant de réceptionner et ouvrir les courrier pour éviter une transmission éventuelle du virus.

Camille et Soren ont déjà reçu une réponse d’une de leurs amies. Ils l’ont d’ailleurs invitée à leur fête d’anniversaire. Les jumeaux ont célébrer leurs 5 ans ce mercredi, en famille. Ils promettent de souffler à nouveau leurs bougies avec leurs camarades de moyenne-section au sortir du confinement.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société éducation