Erasmus. Des échanges scolaires à l'étranger dès la maternelle ou le lycée, c'est possible

Il n'est jamais trop tôt pour développer son sentiment d'appartenance à l'Europe. En cette semaine anniversaire de la déclaration Schuman et de la construction européenne, on pense à un de ses symboles : le programme Erasmus qui peut se décliner au lycée, mais aussi dès la maternelle.

Voyager en Erasmus dès l'âge de cinq ans, c'est possible ! Si on a l'habitude de voir ce programme attribué à des étudiants qui souhaitent faire une année d'études ou plus à l'étranger, le principe est moins répandu aux niveaux inférieurs. Et pourtant... 

Des élèves de grande section aux Pays-Bas

À Octeville-sur-mer, près du Havre (Seine-Maritime), une classe de grande section de l'école maternelle des Lutins, s'apprête à partir en Belgique et aux Pays-Bas pour travailler sur le développement durable.

Un voyage de trois jours en juin et les élèves semblent avoir déjà bien travaillé. "On a déjà fait des petites cartes d'identité que chaque enfant a rempli en anglais", explique Caroline Lefebvre, professeur de grande section de maternelle. "On les a envoyées aux autres écoles et eux nous ont envoyé la même chose. Ça nous fait travailler l'anglais."

VIDÉO. Le reportage de Calypso Vannier et Judikaëlle Rousseau

durée de la vidéo : 00h01mn55s
Erasmus. Des échanges scolaires à l'étranger dès la maternelle ou le lycée, c'est possible ©France Télévisions

À l'origine de ce dispositif Erasmus, un parent d'élève, des professeurs motivés et une mairie qui les soutient. "A Octeville, on est persuadé que quand on sème des graines, on en récolte les fruits après. Allez vers l'ouverture aux autres dès la maternelle, c'est très important", lance Frédérique Vaudry, adjointe à l'éducation et au sport à la mairie d'Octeville-sur-Mer.

La commune fait partie des dix villes de France à être accréditées "Erasmus plus" et la seule de Normandie avec Caen. Tous les frais sont pris en charge par le dispositif. 

Un atout pour l'insertion professionnelle

Erasmus, c'est aussi des lycées comme l'établissement professionnel du Havre où la rectrice de Normandie Christine Gavini s'est rendue le 7 mai dernier.

"Pour eux c'est un atout énorme dans l'insertion professionnelle qui vient assez vite après le Bac ou parfois après le BTS, et puis parce qu'ils font partie souvent des jeunes qui ont moins d'opportunités parce que dans leur entourage familial ils voyagent moins", explique la rectrice.

Pour la première fois cette année, des élèves de première se sont rendus dans un lycée professionnel en Italie et en Espagne. 

"Honnêtement avant, j'étais sceptique de faire de l'international par rapport aux autres pays, se débrouiller en anglais, etc. Il faut juste avoir l'envie d'y arriver", explique Enzo Minazzi, élève de première en section transport.

Cette année en Normandie, 16.000 élèves ont profité du programme Erasmus dont 6.000 en lycée professionnel.