• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Gonfreville-l'Orcher : un homme mis en examen pour le meurtre d'une petite fille de 3 ans et le viol de sa sœur

Image d'illustration. / © Pixabay
Image d'illustration. / © Pixabay

Vendredi, le suspect dans l'affaire du meurtre d'une filletteprès du Havre a été mis en examen et placé en détention provisoire. Il est également accusé du viol de la soeur de la fillette, âgée de 5 ans.

Par EK avec AFP

Après la mort d'une fillette de 3 ans dimanche 16 juin à Gonfreville-l'Orcher, un homme de 38 ans a été mis en examen et écroué vendredi en fin de journée pour le meurtre de la petite fille et le viol de sa soeur de 5 ans. 
 

 

Le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans et viol sur mineur de moins de 15 ans, a déclaré le procureur de la République du Havre François Gosselin à l'AFP. La qualification de viol a été établie sur la base du témoignage de la fillette de cinq ans, a-t-il ajouté.


Interpellé mercredi matin au Havre, l'individu avait été placé en garde à vue. Selon le procureur de la République, il a gardé le silence et n'est pas passé aux aveux. 

Déjà condamné à trois reprises pour violences, notamment sur mineur

Le suspect, un ami de la mère, était seul à garder les deux enfants dimanche. C'est lui qui avait appelé les secours, avant de refuser de leur ouvrir la porte. La fillette de 3 ans, trouvée en arrêt cardiaque, présentait des traces de coups au visage, sur la nuque et sur le crâne. Les pompiers n'avaient pas pu la réanimer. L'autopsie a confirmé sa mort par asphyxie. Entendue par les enquêteurs, la grande soeur de la victime, âgée de 5 ans, aurait donc confirmé les soupçons de violence ayant pu provoquer la mort de sa petite soeur. Lors de son témoignage, elle aurait évoqué des violences de nature sexuelle dont elle aurait été victime, menant à la mise en examen du suspect pour viol.

L'homme avait déjà condamné pour des délits routiers et, à trois reprises, pour des faits de violences sur conjoint ou mineur de moins de 15 ans. Il a déjà été incarcéré.

A lire aussi

Sur le même sujet

Stéphane Bern lance les Journées du patrimoine - septembre 2019

Les + Lus