Un Havrais parmi les meilleurs photographes animaliers au monde

Frank Deschandol, 47 ans, vient d'être primé à Londres, une récompense pour ce passionné de photos animalières. / © Frank Deschandol
Frank Deschandol, 47 ans, vient d'être primé à Londres, une récompense pour ce passionné de photos animalières. / © Frank Deschandol

Il a été primé en octobre 2019 à Londres pour deux de ses photographies, Frank Deschandol, passionné de reptiles et "d'animaux qui font peur" est ravi de cette consécration. Une façon de rendre son travail plus visible, lui qui parcourt le monde pour saisir des clichés d'exception.

Par Véronique Arnould

Chaque année, le Wildlife Photographer of the Year sélectionne trente photographies parmi 50 000. Trente photos de mammifères, d'insectes, de végétaux pour illustrer au mieux la nature et ses richesses. Cette année, un photographe havrais a eu le privilège d'avoir deux photos sélectionnées, dans la catégorie insectes et champignons. 

Ca fait toujours plaisir de voir son travail reconnu, deux photos retenues en plus ... pour moi c'est pas une finalité, mais c'est ce que je cherchais, plus de visibilité - Frank Deschandol, photographe animalier

 

Ces abeilles sauvages se réunissent en fin de journée sur une même tige ... pour passer la nuit en groupe. / © Frank Deschandol
Ces abeilles sauvages se réunissent en fin de journée sur une même tige ... pour passer la nuit en groupe. / © Frank Deschandol

Elles sont marrantes, elles se fixent et s'accrochent avec leurs mandibules ...

La photo primée dans la catégorie insecte représente des abeilles sauvages qui dorment sur une tige. Elle a été prise dans l'Atlas au Maroc.
 

Le comportement est intéressant, elles sont marrantes, elles se fixent et s'accrochent avec leurs mandibules. C'est le comportement qu'elles ont juste avant le coucher de soleil pour dormir ensemble - Frank Deschandol, photographe animalier

 

Ce coléoptère est en train d'être tué par un champignon. C'est la deuxième photo de Frank Deschandol primée à Londres en octobre 2019. / © Frank Deschandol
Ce coléoptère est en train d'être tué par un champignon. C'est la deuxième photo de Frank Deschandol primée à Londres en octobre 2019. / © Frank Deschandol

Le "coléoptère zombie"


Dans la catégorie champignon, il s'agit d' un coléoptère parasité, la photographie a été prise au Pérou.

Celui-ci rentre dans son corps et prend le contrôle pour le forcer à monter en hauteur, le coléoptère meurt accroché à la branche et le champignon se développe autour, c'est pour ça que je l'ai appelé coléoptère zombie

Reptiles et "animaux qui font peur"

A 47 ans, Franck vit de sa passion même si cela est de plus en plus difficile face à la "concurrence" de nombreux photographes. Son créneau, ce sont les reptiles, pour les rencontrer, il voyage beaucoup. Son endroit préféré ? Bornéo. Il y retourne en décembre pour prendre un cliché de la vipère arboricole, il n'a toujours pas réussi malgré deux voyages précédents.

Comme dans tous les pays, il faut marcher longtemps : en Asie, en forêt tropicale, il faut marcher plusieurs heures, jusqu'à 14h par jour, et marcher la nuit, les chercher à la lampe. Je fais deux voyages seul chaque année, sinon on part aussi à plusieurs ou avec un interprête dans les pays plus compliqués comme l'Iran.

Le photographe marche beaucoup la nuit pour débusquer les serpents et les "bêtes qui font peur !" / © Frank Deschandol
Le photographe marche beaucoup la nuit pour débusquer les serpents et les "bêtes qui font peur !" / © Frank Deschandol

Partager son savoir-faire


Ce concours arrive à point pour Franck, celui-ci développe une toute nouvelle activité en lien avec sa passion. Il prépare des formations pour conseiller les photographes animaliers, à travers des vidéos. Une façon de se diversifier et partager son savoir-faire acquis depuis 20 ans.


 

Sur le même sujet

Les + Lus