• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Le Havre : un automobiliste frappé, car il ne roulait pas assez vite

Les esprits des automobilistes se sont échauffés au Havre ce mercredi 26 juin au Havre. Poursuivi jusqu'à son domicile par un autre véhicule parce qu'il ne roulait pas assez vite, un père de famille s'est retrouvé à l'hôpital avec une fracture du crâne.   

Par Catherine Lecompte

Un couple et ses deux enfants se souviendront sans doute longtemps de leur journée du 26 juin dans les rues du Havre. Ils roulaient tranquillement à bord de leur voiture quand les deux occupants d'un véhicule qui les suivaient, les ont soudain pris à partie, les insultant pour une vitesse trop lente à leur goût. Après une vive altercation verbale, la famille a ainsi été suivie jusqu'à son domicile. 

Et c'est là que, d'après la police, les choses ont dérapé: suite à une violente dispute, l'épouse du conducteur agressé a tenté de s'interposer pour calmer les choses. Mais un des deux assaillants s'est saisi d'un cric et s'est mis à frapper le père de famille, agé de 33 ans, ainsi qu'un voisin venu à la rescousse, avant finalement de s'enfuir. 
Les deux victimes ont été rapidement prises en charge par les secours à l'hopital Monod du Havre où a été diagnostiqué une fracture du crâne.

Et l'histoire ne s'arrête pas là : l'agresseur, agé de 29 ans, s'est à son tour présenté à l'hôtel de police, non pas pour reconnaître les faits mais pour porter plainte pour agression!
Mais après un examen médical négatif, il a finalement pu être interpellé devant la clinique vers 21 heures pour violence avec arme par destination. Le deuxième individu agresseur lui, est toujours recherché. 
 

► Mise à jour de cet article au 2 juillet 2019 par Richard Plumet :

L'enquête a permis d'établir que les coups ont été portés par non pas un cric mais une manivelle pour écrous de pneus en forme de croix.

Le père de famille, victime d'une fracture du crâne a été transporté au CHU de Rouen. Son état justifie 30 jours d'ITT.

L'agresseur était accompagné de son frère. Deux Havrais "très connus" des services de police. Déférés au tribunal de grande instance (TGI) du Havre, ils doivent comparaître dans un "délai différé". En attendant, ils sont remis en liberté avec contrôle judiciaire.

  

Sur le même sujet

Eté 2019 dangereux à Acquigny (Eure)

Les + Lus