Le SAMU du Havre visé par une plainte pour non-assistance à personne en danger

© F.G / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
© F.G / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS

Le Parquet du Havre a ouvert une enquête pour rechercher les causes de la mort d'un Havrais de 47 ans à son domicile mercredi 8 janvier 2020 au soir. Selon la famille de la victime, le SAMU aurait refusé de se déplacer. Le groupe hospitalier du Havre a choisi de répondre par un communiqué ce lundi.

Par M.M, avec Eric Proença-Pina

Selon le groupe hospitalier, dont dépend le SAMU du Havre, les premiers appels au 15 ont eu lieu dès mardi soir (7 janvier 2020). Une équipe du SAMU, dépêchée au domicile d'un Havrais de 47 ans, se serait heurtée au refus de ce dernier de se rendre aux urgences de l’hôpital Jacques Monod. Une ordonnance avait été prescrite par un médecin de ville, le même jour, sans lien avec les appels réalisés auprès des médecins de garde. L'homme était en convalescence suite à une opération du genou.

Mercredi, le lendemain, le SAMU, recontacté, dépêche un médecin de garde. Il rédige une nouvelle prescription.

Trois heures plus tard, nouvel appel au SAMU. La fille du patient, qui a témoigné auprès de nos confrères de Paris-Normandie, déclare que le médecin régulateur refuse l'envoi d'une équipe et qu'elle aurait alors appelé les pompiers.
L'homme a des difficultés à respirer, il semble en hypoxie.

Le service mobile d'urgence ne pourra que constater le décès du quadragénaire.

La famille a porté plainte pour non-assistance à personne en danger. Le Parquet du Havre a ouvert une enquête pour "recherche des causes de la mort". Les résultats de l'autopsie et de des examens toxicologiques diligentés suite à ce décès n'ont pas encore été communiqués. Ils devraient permettre de déterminer s'il est décédé d'un choc anaphylactique, d'une surdose de médicaments, d'une septicémie comme le craint sa fille, ou d'une toute autre cause...

Et si les services de secours auraient bien pu le sauver mercredi soir.
 
Plainte contre le SAMU au Havre

Reportage : Eric Proença-Pina, Anne-Laure Meyrignac et Pierre Léonard (montage).

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus