La sécheresse pénalise les éleveurs normands

Cet été, les cheptels ont déjà consommé plus rapidement du foin au vu de la sécheresse. / © Philippe HUGUEN / AFP
Cet été, les cheptels ont déjà consommé plus rapidement du foin au vu de la sécheresse. / © Philippe HUGUEN / AFP

Après plusieurs épisodes de sécheresse, les éleveurs normands ont des récoltes moins importantes, leurs silos ne font pas le plein pour nourrir les cheptels, ils témoignent de ces difficultés liées au climat.

Par Véronique Arnould

Sur la pointe de Caux, la sécheresse frappe les exploitations d'élevage. Un manque de pluie chronique qui affecte l'ensemble de la nourriture des animaux. Déjà, durant l'été, ils ont du puiser plus tôt que d'habitude dans leur stock de fourrage. 

Du fait de la sécheresse et de la canicule, l'herbe était sèche, jaune, peu attrative pour les cheptels.

Cet hiver, il n'a pas plu, ce printemps, à peine plus et cet été, toujours pas. En plus, ce manque d'eau a provoqué un stress sur les plantes, donc les champignons se sont encore plus développés, ça nous pénalise beaucoup - Charles Vimbert
exploitant agricole, secrétaire général JA Normandie

 

Des récoltes décevantes

A l'heure de remplir les silos de maïs pour l'hiver même constat, les récoltes sont moins importantes que d'habitude. En cause, le temps sec encore et toujours. Les agriculteurs observent une diminution d'un quart de récolte environ.
L'enjeu : s'adapter à de nouvelles donnes climatiques, diversifier les plantations.

 

La sécheresse pénalise les éleveurs normands



Ces épisodes de sécheresse poussent les éleveurs à trouver des solutions s'ils ne veulent pas se retrouver en manque de nourriture pour leurs animaux.

Sur le même sujet

La sécheresse pénalise les éleveurs normands

Les + Lus