Il y a 20 ans, le 21 octobre 1999, Paul Vatine disparaissait en mer lors de la Transat Jacques Vabre

© Stéphane L'Hôte
© Stéphane L'Hôte

La 14e édition de la Transat Jacques Vabre qui se prépare actuellement au Havre résonne particulièrement aujourd'hui car cela fait 20 ans jour pour jour que Paul Vatine a disparu en mer lors de cette compétition. Retour sur cette tragédie et hommage en image à cet homme au destin hors du commun.

Par Stéphane L'Hôte avec Jonathan Pasqué

Premiers pas

Paul Vatine est né au Havre le 20 juillet 1957. Fils de menuisier, Paul Vatine fait des études de commerce au Havre lorsque son père lui fait découvrir la voile. Il a 23 ans et ne met que très peu de temps à participer à des compétitions. Le monde de la mer et les courses à la voile le fascinent et il décide de s’y lancer en sollicitant de grands marins comme Mike Birch ou Eric Tabarly qui le prennent à leurs bords. Très vite Paul Vatine se fait un nom est devient un skipper reconnu que le monde de la voile surnomme « Paulo ».
 


Premières compétitions et premier drame

Après une participation au Tour de France à la voile en 1981 sur un bateau local Paul devient un préparateur et un équipier très prisé. C’est le début de sa carrière pro. En 1985, il gagne la course de l’Europe avec Philippe Jeantot, Michel Desjoyeaux, Roland Jourdain et Jean Yves Bernot. Cette année la, il chavire dans la tempête du mois de décembre sur le catamaran Jet Service 4, avec à son bord Patrick Morvan, Jean Luc Nélias et Marc Guillemot qui seront gravement blessé et Jean Castenet qui disparaitra en mer...

Sur Jet Service 5 de Serge Madec, les records s’enchainent, l’Atlantique, Route de la découverte, Québec Saint Malo…
 
 

Première traversée en solitaire

L’envie de naviguer de de ses propres ailes a fait son chemin et c’est sur la route du Rhum 1986 que Paul fait ses grands débuts à bord du trimaran Nems Luang.

En 1990, la région Haute Normandie se lance avec lui dans un programme de course à la voile qui s’achèvera en 1996 sous la pression de certains politiques. Il naviguera tout de même sous les couleurs de la région sur trois trimarans différents et connaitra de belles victoires et des podiums.
 


La Jacques Vabre, course fétiche et tragique en 1999

Vainqueur de la Transat Jacques Vabre en 1993 et 1995, second de la Route du Rhum en 1994, second de l’Europe 1 Star en 1992 et 1996, 3ème de la Course de l’Europe et de Québec Saint malo….
Paul Vatine trouve avec Chauss’Europ, un nouveau sponsor de 1996 à 1998, avec à la clé une deuxième place dans la Transat Jacques Vabre, sa course fétiche.

C’est avec le Groupe André que Paul s’engage en compagnie de Jean Maurel à la Transat Jacques Vabre 1999 sur son trimaran.
Quelques jours avant de prendre le départ de sa quatrième Jacques Vabre, son équipier Jean Maurel va faire une révelation tristement prémonitoire au journaliste de L'Humanité venu dresser son portrait. 

« Je n'ai pas la passion de la mer. Traverser l'Atlantique en 1999 reste quelque chose d'éminemment difficile. On a toujours la peur du chavirage (…) J'ai perdu trop d'amis en mer. Et quand j'entends dire que Tabarly a eu une belle mort, je dis non. J'aurais préféré le voir finir ses jours tranquillement aux côtés de sa femme et de ses enfants. Moi, je ne veux pas mourir en mer. Je veux vivre sur terre. »

Paul Vatine disparaitra en mer le 21 octobre au large des Açores. C'était le 21 octobre 1999, il avait 42 ans. Son équipier Jean Maurel sera le seul rescapé de ce naufrage. Les skippers concurents Marc Guillemot et Jean Luc Nelias ont dérouté leur bateau pour venir à leur secours. Une fois arrivés au trimaran renversé, Marc et Jean Luc localise Jean-Maurel mais ce dernier leur fait signe que Paulo est introuvable. Malgré les efforts et les cris, les trois hommes sur place ne retrouveront jamais Paul Vatine dans une mer secouée par des vents de 50 nœuds.  Jean-Maurel, lui, sera récupéré sain et sauf par un porte container plus tard.

A son retour à terre, Jean Maurel confiera : 

« C'est la compétition qui a tué Paul, et la compétition, c'est parfois une vraie connerie. »
 

Retour sur la carrière de ce marin atypique

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Plan de sortie Glyphosate

Les + Lus