"L'envie d'écrire l'Histoire" : le judoka normand Ugo Legrand renfile le kimono, 8 ans après son dernier combat

Le natif de Mont-Saint-Aignan a annoncé jeudi 6 juillet qu'il allait remonter sur les tatamis. Ugo Legrand avait pourtant mis un terme à sa carrière en 2015. Mais à moins de 400 jours des JO de Paris, il s'est lancé un défi fou : représenter la France en Judo dans la catégorie -73kg. Interview.

C'est avec un grand sourire aux lèvres que les fans du sportif ont pu retrouver le visage du judoka normand. Sur les réseaux sociaux, Ugo Legrand a publié ce jeudi une vidéo pour faire une annonce coup de poing : 8 ans après avoir quitté les tatamis, il relance sa carrière. 

Au téléphone aussi, le judoka a du sourire dans la voix : "J'ai eu une énorme envie d'adrénaline, une envie d'écrire l'histoire. Y'a cette inconnue qui est stimulante. C'est comme une question existentielle :  'est-ce que ce que je veux tenter est vraiment possible ou pas'. C'est le fait d'avoir la réponse à cette question qui me motive."

Depuis son dernier combat en 2015, le médaillé de Bronze de Londres (2012) a eu plusieurs vies. Il a d'abord lancé une start-up avec trois autres judokas : Yogowo. L'objectif était de créer du lien autour de la pratique sportive à partir notamment d'une application géolocalisée permettant de trouver le coach sportif le plus proche. La start-up organisait aussi des grands rassemblements pour des entraînements en groupe. 

Ce projet a permis à Ugo Legrand de partir vivre aux Etats-Unis, mais après environ 4 ans et une levée de fonds insuffisante, tout s'est brusquement arrêté. L'ex judoka a continué de vivre Outre-Atlantique et s'est tourné vers le monde de la publicité et de la mode. Il n'est revenu en France que début 2023, c'est là qu'il a renfilé le kimono et que l'idée de reprendre les compétitions de judo a germé, comme il l'explique dans une interview donnée à France Judo ce vendredi 7 juillet. 

Cela a été très soudain, j’avais vraiment pas du tout ça en tête jusqu’à y’a très peu de temps ca s’est déclenché avec un mot une petite phrase d’une personne très importante pour moi, qui est un entraineur, et la petite graine a été plantée et delà elle est plus jamais sortie de ma tête. En remettant le kimono, j’ai retrouvé des sensations assez intéressantes, que j’avais pas retrouvé depuis longtemps/ Le plaisir était là.. S'il n'y avait pas eu ces sensations assez positives dans mon retour sur le tapis il aurait même pas été question de revenir, donc voilà les planètes s’alignent.

Ugo Legrand, interview à France Judo

Une fulgurance pour le judoka qui s'est longtemps entraîné au Dojo de Grand Quevilly : son parcours dans la discipline n'était pas encore terminé : "Le judo, ça restera une passion à vie, on ne peut pas s’en séparer comme ça." Il aura tout de même fallu attendre 8 ans avant que l'athlète n'envisage de reprendre son sport.

En 2015, le normand explique qu'il était arrivé à saturation, comme un écoeurement de cet art martial qu'il était pourtant parvenu à pratiquer à un niveau compétitif international : "J’avais plus du tout envie ni de m’entrainer, ni de combattre. Avant que le plaisir revienne, il a fallu énormément d'années. Mais qui dit éloigenement, dit manque. Là le fait que cette aventure pour les JO soit très courte, très intense, ce sera un shot de haut niveau en condensé, je n'aurai pas le temps de ressentir la lassitude que j'ai vécu en 2015."

L'athlète vise la barre la plus haute

8 ans après avoir arrêté toute pratique compétitive, Ugo Legrand n'entend pas se contenter de petites ambitions. 

Je ne reprends pas pour faire semblant. On est à 400 jours d’un événement majeur qui se trouve par chance être dans notre pays donc ça donne très envie. [Les JO de Paris], c'est un défi assez fou. Mais j'ai une envie d’adrénaline, d’écrire l’histoire et de faire un truc incroyable. Un truc presque impossible et c’est ça qui est excitant en fait.

Ugo Legrand, interview à France Judo

A 34 ans, le normand peut-il relever l'incroyable défi de se qualifier pour les Jeux Olympiques après autant d'années sans pratique de haut niveau? 12 ans après les JO de Londres, où l'athlète a mordu le bronze, cet exploit est-il est réalisable? En tout cas, il y a de la place.

Les -73kg : une catégorie ouverte

Dans sa catégorie, les moins de 73 kilos, il n'y a pas encore de représentant tricolore naturel. Ses concurrents directs Joan-Benjamin Gaba et Benjamus Axus pointent respectivement à la 23e et à la 24e place du classement mondial et sont pour l'heure assez éloignés des prérequis en termes de points de qualification pour les JO de Paris.


C'est de toute manière la Fédération de Judo qui choisira le représentant français quel que soit son nombre de points (puisque la France est pays hôte de ces Jeux) et en ne tenant compte que des chances de décrocher une médaille. Un éventuel retard en points d'Ugo Legrand du fait d'un moins grand nombre de participations à des compétitions ne serait donc pas éliminatoire.  

Participer aux JO de Paris n'est donc pas qu'un rêve impossible. Mais il faudra pour cela enchaîner les bonnes performances, et compter sur sa grande expérience du très haut niveau, ainsi que sur l'une de ses bottes secrètes : le Uchi-Mata (fauchage par l'intérieur de la cuisse en japonais). 

Pour atteindre cet objectif, Ugo Legrand a un long chemin à parcourir. Et en très peu de temps. Au programme de son été : une préparation physique intense pour retrouver une condition d'athlète de haut niveau et surtout éviter la blessure qui mettrait immédiatement fin à son rêve olympique. "Effectivement j'ai plus 23 ans comme quand j'ai gagné ma première médaille, nous confie le judoka. Mais le mental c'est le plus important. Et moi j'ai cette soif de gagner qui est encore là. Maintenant il suffit juste de relancer la machine." 

La Fédération de Judo lui a pour cela ouvert les portes de l'Insep, preuve que l'institution croit elle aussi au retour de l'athlète au plus haut niveau. Le judoka va par ailleurs passer son été en stage de préparation physique à Montpellier puis à Vichy. 

Alors qui sait? Ugo Legrand peut-il créer l'exploit et aller décrocher une deuxième médaille olympique comme il l'avait déjà fait à Londres en 2012?

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ugo LEGRAND (@ugo__legrand)

Les prochains mois vont être décisifs, et en particulier ses premiers combats officiels qui se dérouleront les 18 et 19 novembre prochains, lors des championnats de France de Judo. "J'ai très très hâte. Je suis vraiment impatient de combattre et cela crée chez moi une frustration qui est très intéressante. Un peu comme un lion en cage, je me prépare pour être le meilleur au moment venu. Au moment du lâcher de fauve... (Rires)" 

C'est d'ailleurs sur ses terres, en Normandie, que se tiendra la compétition (plus précisément au Palais des Congrès de Caen). Là encore, les planètes sont-elles en train de s'aligner?

Cette échéance sera en tout cas un premier couperet pour le sportif qui devra y prouver qu'il a les moyens de ses ambitions, lui qui n'a, dans le passé, jamais été titré champion de France malgré toutes ses performances internationales. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité