Cet article date de plus de 5 ans

Le second assaillant de l'église de St Etienne du Rouvray formellement identifié

Nous vous en parlions dès mercredi matin, Abdel Malik Nabil P. est bien l'un des terroristes qui ont assassiné le père Jacques Hamel mardi 26 juillet matin. Son portrait.
Le second  tueur de l'attaque jihadiste de mardi dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, a été "formellement identifié" comme étant Abdel Malik Nabil P. a confirmé le parquet de Paris, ce jeudi matin.

Abdel Malik P., 19 ans, n'avait pas fait l'objet de condamnations et la justice ne disposait pas de ses empreintes ni de son ADN, ce qui a retardé son identification. Le jeune homme était toutefois fiché "S" depuis le 29 juin pour avoir tenté de rejoindre la Syrie via la Turquie, selon une source proche de l'enquête.
Des prélèvements ADN effectués sur sa mère ont permis son identification. 

Abdel Malik P., 19 ans, serait né à Saint-Dié dans les Vosges. Il a passé son bac à Aix-les-Bains en Savoie en 2015. Selon le Dauphiné Libéré, une perquisition s'est déroulée dans la nuit de mardi à mercredi. Une cinquantaine de policiers des services anti-terroristes a fouillé le domicile de la mère du jeune homme, rue Pauline Borghèse à Aix-les-Bains. Le jeune homme vivait dans un appartement du quartier de Franklin-Roosevelt depuis un an, avec sa mère et une de ses soeurs. Selon les témoignages recueillis par nos confrères Abdel Malik K. est présenté comme aimable, ouvert à la discussion et bien inséré dans la vie du quartier

Sa mère a accordé une interview au Dauphiné Libéré : « Mon fils n’aurait jamais pu commettre un tel acte. Il a passé le week-end chez moi. Lundi, il était parti chez l’un de ses cousins à Nancy et ne connaissaient personne à Saint-Étienne-du-Rouvray. J’ai hâte qu’il revienne à la maison. »
.

Les services de renseignement français alertés par une agence étrangère 

Selon le site du monde.fr, un service étranger avait alerté l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) qu'un homme, à l'identité inconnue, "serait prêt à participer à un attentat sur le territoire national", information accompagnée d'une photo dont les enquêteurs trouvent à présent qu'elle ressemble fortement à Abdel Malik P. Le second tueur était vraisemblablement recherché depuis le 22 juillet, soit quatre jours avant l'attentat .

Selon nos sources, suite à cette alerte, des opérations de surveillance ont été menée le mardi 26 juillet à 6 heures du matin, quelques heures seulement avant l'attentat dans le quartier où vivent les parents de l'autre assaillant, Adel K. 

Trois personnes de l'entourage familial d'Abdel Malik P. ont été placées en garde à vue mercredi "pour permettre de recueillir des éléments sur le profil du tueur", selon une source proche de l'enquête. "Rien à ce stade ne dit que ces personnes ont quelque chose à voir avec la tuerie", a-t-elle précisé.

Une quatrième personne, un mineur de 16 ans, né en Algérie, interpellé mardi, était toujours en garde à vue ce jeudi matin. Son frère fait l'objet d'un mandat d'arrêt pour être parti dans la zone irako-syrienne en mars 2015 avec les papiers d'identité d'Adel  K. Ce mineur ne semble pas à ce stade avoir de lien avec  l'attaque, d'après le gouvernement.

Plus d'information à venir sur notre site.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat de saint-etienne-du-rouvray faits divers terrorisme région normandie fusion des régions réforme territoriale